Lecture de la situation postélectorale:Candide Azannaï joue avec la vérité

0
1063

L’ancien ministre de la Défense, depuis son départ du gouvernement, a perdu son latin et sa verve légendaire. Candide Azannaï se contente d’analyses légères et superficielles qui ne sont qu’une somme de lieux communs. Il en a, une fois encore, donné la preuve lors de la conférence de presse qu’il a animée le lundi 27 mai 2019 à Cotonou. 

Le président de Restaurer l’espoir n’a pu avancer d’arguments convaincants pour justifier les actes violents qui ont émaillé les législatives d’avril 2019. Il s’est limité à boycotter la balle en touche. Selon lui,  le  régime Talon en est la cause, pour avoir organisé un scrutin exclusif le 28 avril 2019.  Il s’est ensuite attaqué à l’Armée et aux forces de l’ordre. Cependant, le ministre ne dit rien sur sa « propre » responsabilité, ni sur celles des anciens présidents avec lesquels il s’est acoquiné ces derniers mois. Le ministre a aussi oublié de situer les responsabilités de l’opposition en général,  dans sa non-participation aux élections.Au-delà de ces questions légères, il faut se demander s’il fallait laisser les « jeunes sous chanvre indien » détruire tout et mettre les populations en danger. C’est une question de responsabilité politique. Si Candide Azannai était toujours ministre, comment agirait-il en face des badauds recrutés pour agir contre les intérêts des populations. C’est vrai, quand on est à la touche, loin du centre du pouvoir, on a une vue tronquée de la réalité. Mais cela n’excuse pas l’ancien ministre, qui a été souvent au cœur du pouvoir et des centres de décisions. Se souvient-il avoir été gazé par les forces de l’ordre de Yayi sous carrefour du camp marié, pendant les manifestations  en prélude aux législatives en 2O16 ? N’eût été la diligence de certains, il aurait pu en succomber. Et pourtant, il défendait la bonne cause. A l’époque, le Bénin était sous une dictature qui déclarait que le « sang » des syndicalistes était le sang des moutons. Il y a de cela quelques années seulement…Depuis, l’eau a coulé sous les ponts.  C’est pourquoi il est incompréhensible aujourd’hui qu’avec tous les sacrifices qu’il a consentis, Candide Azannai en vienne à se chercher et à jouer avec la vérité. De grâce, il devrait profiter de cette accalmie pour remettre l’opposition en lambeaux en ordre de bataille pour les prochaines échéances électorales. Son expérience et son expertise ne pourront que leur faire du bien.

Jpm

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here