Législatives de mars 2019:Charlemagne Honfo dévoile les ambitions du Prd

0
4483

Les législatives de mars 2019 s’annoncent âpres, et le Prd, seul parti au Bénin totalisant 10 députés, entend faire mieux. Dans un contexte de réforme du système partisan où l’heure est à la fusion, le parti de maître Adrien Houngbédji espère, seul, gagner au moins 19 sièges sur 83 comme en 1999. Cette ambition a été dévoilée par le porte-parole du parti arc-en-ciel, Charlemagne Honfo, sur l’émission « 90 minutes pour convaincre » de la radio nationale le weekend écoulé.

Dix-neuf (19) députés ! C’est le nombre d’élus qu’ambitionne de décrocher le Parti du renouveau démocratique (Prd) pour le compte des joutes électorales à venir. Le porte-parole du parti, Charlemagne Honfo, sur la Radio nationale, reste optimiste sur le fait que cet exploit se réalise de nouveau, notamment lors des législatives de 2019. « Au Prd, on est nostalgique de 1995 avec nos 19 députés. Une performance qu’on projette d’avoir en 2019 », a-t-il confié. Selon l’invité, le Parti du renouveau démocratique n’a pas à craindre les 10% exigés par le nouveau code électoral, condition sine qua non pour l’attribution des sièges. A la question de savoir si par exemple, il y a deux millions de votants, le Prd est en mesure d’engranger 200.000, Charlemagne Honfo a répondu par une moue exclamative : « Au Prd, on n’est pas inquiété ! » Et pour donner la preuve que c’est la sérénité au sein du Parti Arc-en-ciel, il a fait comprendre que leur rempart est les jeunes et les femmes qui seront positionnés sur les listes. « D’ailleurs, les textes du parti l’y exigent. On ira à 19 députés pour les législatives de 2019 », a-t-il rassuré. Mieux, il a fait comprendre que le parti est ouvert aux autres forces afin de conquérir pour la première fois de son histoire le Pouvoir. « On n’est pas encore satisfait, car un parti politique ambitionne de conquérir le pouvoir d’État. Ce qui n’est pas encore le cas chez nous. C’est pourquoi il nous faut  une grande ouverture. Une ouverture qui n’induit pas la disparition. Le Prd est un parti école qui a 07 maires et de nombreux conseillers municipaux, communaux et locaux », a-t-il informé. Pour finir cette rubrique, Charlemagne Honfo a assuré que les cotisations pour payer les cautions ne constitueront pas un problème pour le Prd. « Au Prd, nous cotisons. Quand il y a une activité ou le congrès, ce sont les sous-sections et sections qui cotisent. Qui va loin, ménage sa monture », a-t-il mentionné.

 

Réforme du système partisan

 

Autre sujet ayant fait le menu de cette émission est le départ du Prd du Bloc républicain. À en croire Charlemagne Honfo, le Prd n’est pas contre la réforme du système partisan, encore moins contre le Bloc républicain. Seulement, a-t-il justifié, les textes en vigueur au Prd ne permettait pas à cette formation politique de fusionner avec d’autres partis. « Il faut respecter les textes. Au Prd, les textes ne prévoient pas la disparition du parti. C’est pourquoi, il est dit lors du  processus de fusion avec le Bloc républicain que le Prd constituera un courant au sein du nouveau parti en création. De toutes les façons, pour parvenir à la fusion, les textes au Prd exigent un écrit. Ce qui n’est pas le cas avec les partenaires du Bloc républicain. Donc au Prd, pour éviter toute confusion, l’option de marquer un arrêt a été observée et personne n’est allé nous voir », a-t-il justifié. À cette occasion, le Vp Charlemagne Honfo a salué le chef de l’État, Patrice Talon, pour son implication et surtout pour le fait d’avoir laissé la liberté au Prd d’aller aux législatives de 2019 seul et avec ses attributs.

 

Démissions en cascade au Prd

 

Y a-t-il des démissions en cascade au Parti du renouveau démocratique après la décision de ne pas fusionner avec le Bloc progressiste ? A cette préoccupation, Charlemagne Honfo a rassuré qu’il n’y a pas de démissionnaire au Prd. « à ce jour, aucune lettre de démission n’est encore enregistrée au niveau du Prd », a-t-il martelé. A l’en croire, le député Augustin Ahouanvoébla, par exemple qui calme son appartenance au Parti républicain occupe toujours à l’Assemblée nationale, le poste de président du groupe parlementaire Prd. Quant au député Edmond Zinsou, il aurait affirmé sur les ondes de la radio Afrique Espoir au cours d’une émission qu’il demeure Prd.

 

Avenir du Prd et de Houngbédji

 

Le Prd, à l’instar des autres partis politiques, s’apprête à se conformer aux exigences de la charte des partis politiques. C’est du moins ce qu’il convient de retenir des explications de Charlemagne Honfo. Pour lui, les pièces sont en train d’être réunies et d’ici la semaine prochaine, une réunion se tiendra pour finaliser les choses. En ce qui concerne l’avenir du Prd, Charlemagne Honfo le trouve radieux. Et ce pour deux raisons. La première est que le Prd fait l’objet de diverses attaques. La seconde est qu’il est dans la logique de la promotion des jeunes et des femmes.  A la question de savoir si oui ou non, le président Adrien Houngbédji sera candidat aux législatives de 2019, Charlemagne Honfo a estimé que c’est encore trop tôt de le dire. « Pour la question des candidatures au Prd, la raison emporte sur la passion. Donc, c’est difficile aujourd’hui de dire si Houngbédji sera candidat ou non aux législatives de  2019. Encore moins le contrôle du perchoir », a-t-il précisé.

 

Joël Samson Bossou

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here