Les cours en ligne dans les universités, une réalité à Cotonou et à Parakou

0
1686

Les universités aussi bien publiques que privées de Cotonou et de Parakou se conforment à la décision de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Eléonore Yayi, de dispenser les cours aux étudiants en ligne pour limiter la propagation du Covid-19. Cette mesure de l’autorité ministérielle est déjà une réalité avec des ajustements à faire pour huiler les canaux de diffusion des cours.

La mise en ligne des cours au niveau des universités est désormais une réalité au Bénin. La décision prise par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Eléonore Yayi, vise à soulager les étudiants et parents en cette période de crise sanitaire. Mesurant l’enjeu de la décision, certaines universités se mettent déjà au pas pour son application.« Les enseignants seront informés dans les minutes qui vont suivre. Les étudiants ont été déjà informés qu’ils doivent se prêter à cet exercice. Les enseignants seront conviés à mettre en ligne le contenu de leurs cours et se rendre disponibles à répondre aux diverses préoccupations des étudiants », a fait remarquer le directeur des études de l’Ecole supérieure d’administration, d’économie, de journalisme et des métiers de l’audiovisuel (Esae), Athanase Toudonou. Sylvestre Djoamon, enseignant à l’Université d’Abomey-Calavi, est au parfum de l’information. Comme ses autres collègues, il s’apprête à répondre à la requête de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. « On nous a demandé d’envoyer nos cours par Pdf, ce que nous nous apprêtons à faire », a-t-il confié. Son collègue Bruno Montcho pour sa part, invite les responsables des réseaux Gsm à accompagner le gouvernement dans sa décision en réduisant le coût de la connexion afin de permettre au grand nombre d’étudiants de suivre de façon exceptionnelle les cours depuis leur maison. « Je demande aux réseaux de diminuer le coût de leurs forfaits en pensant à une disposition exceptionnelle pour permettre à ces étudiants d’avoir accès et que l’internet soit vraiment fluide », a-t-il plaidé. Les responsables des universités, pour leur part, exhortent les étudiants à plus de rigueur en cette période de crise pour faciliter la tâche aux enseignants.

 

Ibrahim Alkoiret, vice-recteur à l’Up : « Certains cours sont donc déjà disponibles sur le Moodle »

 

« Le semaine dernière, il y a eu une visioconférence au Ministère avec tous les cadres et nous sommes entendus sur des choses. Le 8 avril, nous avons reçu la note circulaire de la ministre qui nous demande de mettre à disposition des étudiants, des supports en version papier et électronique dans les universités publiques. Il y avait trois scénarii possibles. La première possibilité, c’était d’enregistrer et de retransmettre les cours en direct avec les étudiants qui seront dans des salles avec des espaces d’1 mettre. L’enseignant serait dans une autre salle en train de dispenser son cours. La deuxième possibilité, c’est de numériser les cours, les stocker sur un serveuret les rendre accessibles aux étudiants en ligne. La troisième possibilité, c’est de mettre en œuvre la plateforme d’apprentissage en ligne Moodle. Cette dernière existe dans les deux universités nationales (Uac et Up) et permet à l’enseignant de faire son cours comme s’il est dans une salle tout en l’enregistrant. L’enregistrement est diffusé sur Youtube et peut être accessible grâce au lien. Le Moodle existe chez nous, mais ce ne sont pas tous les enseignements qui y figurent. A titre pilot, les enseignants passent progressivement pour remettre leurs cours en version numérique. Certains cours sont donc déjà disponibles sur le Moodle. Mais à la réception de la note circulaire de la ministre, nous avons adressé un courrier aux chefs d’entités pour leur demander et cela au plus tard le 14 avril, de mettre à disposition les cours des enseignants en version numérique même si c’est en Word. Le point des enseignants qui ont déposé sera fait. S’il y a une information, nous la répercutons sur les responsables des Bureaux d’union d’entités qui ont leurs canaux pour informer leurs camarades étudiants ».

 

Source : E-Télé

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here