Lutte contre la corruption:Talon met fin au mandat des conseillers de l’Anlc

0
1080

En fin de mandat depuis quelques jours, les membres de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc)  ne seront pas remplacés. En tout cas, pas sous la forme prévue par la loi 2011-20 du 11 octobre 2011 portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en République du Bénin.

En effet, dans deux correspondances en date de janvier puis de mars 2020 en direction de son président, Jean-Baptiste Elias, le chef de l’Etat assurant la tutelle de cet organe, a demandé qu’il soit sursis au processus de renouvellement du mandat au motif qu’il est envisagé une relecture de la loi en vue de son adaptation aux réalités d’aujourd’hui. Instituée par la loi 2011-20 du 11 octobre 2011 sous l’impulsion du président Yayi Boni, l’Anlc, dont la première mandature a été installée en mai 2013, n’a, semble-t-il, pas comblé les attentes de l’opinion et s’est révélée comme un organe « budgétivore ». Son existence très sollicitée par les partenaires techniques et financiers a toutefois, permis de donner un sens au processus de déclaration des patrimoines des responsables politiques et administratifs. Une bien maigre récolte pour Jean-Baptiste Elias et les siens.

 

Abdourhamane Touré

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here