Lutte contre la criminalité faunique à Bohicon:Un présumé trafiquant arrêté avec 15 peaux d’animaux protégés

0
391

La lutte contre la criminalité faunique a encore payé. Grâce à la combinaison des efforts entre la Police républicaine de Bohicon, l’inspection forestière du Zou, et la collaboration technique de Aalf-Bénin, un présumé criminel faunique a été arrêté le 28 mai 2020. Ce dernier détenait sur lui, 15 peaux de guib harnaché qu’il a voulu vendre alors que cette espèce d’animaux sauvages est protégée par la loi 2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin. Selon les dispositions de ladite loi, nul n’a le droit de détenir ses trophées. L’article 153 punit d’une amende de 100.000 à 500.000F et/ou d’un emprisonnement de 3 mois à 3 ans quiconque détient des animaux sauvages sans permis requis et fait circuler des trophées ou des dépouilles sans certificat d’origine. L’article 154 de la même loi punit de 300.000 à 800.000F et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans quiconque importe, exporte, réexporte ou commercialise des animaux sauvages ou leurs trophées et dépouilles en dehors des cas permis. Le guib harnaché étant une espèce partiellement protégée, aucune tolérance ne devrait être accordée à ce présumé trafiquant. Il faut donc qu’il soit châtié tout comme les autres ennemis de la faune pris en flagrant délit à la hauteur de leurs actes. En la matière, le thème de la Journée mondiale de l’environnement célébrée le 5 juin 2020 est évocateur. Il est temps de passer à l’action pour accélérer la lutte contre la perte accélérée d’espèces.

Serge Adanlao

        

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here