Home COMMUNIQUES Malgré la fermeture de certaines chancelleries à l’étranger : Le Bénin n’a...

Malgré la fermeture de certaines chancelleries à l’étranger : Le Bénin n’a pas coupé les liens diplomatiques

0
2839

La décision du gouvernement de fermer certaines ambassades et consulats n’a pas entraîné de rupture diplomatique avec les États concernés comme le font voir certains. L’initiative est juste inspirée par un souci de réaménagement de la carte diplomatique du pays.

Le Bénin entretient de très belles et fructueuses relations avec les États dans lesquels il a été procédé à la fermeture des ambassades et consulats. Les commentaires faisant état d’une difficulté de collaboration avec ces États ne sont que pures affabulations. La diplomatie béninoise se porte bien dans les pays concernés. De quoi s’agit-il en réalité ? En effet, dans le souci de rationalisation de la carte diplomatique, le gouvernement a procédé à un réaménagement de la carte diplomatique. Cette initiative a conduit à réduire les représentations diplomatiques dans les pays qui en possèdent plusieurs. C’est l’exemple du Vatican. Le gouvernement avait une représentation diplomatique au niveau de l’Etat du Vatican. Par souci de rationalisation, il a été décidé de supprimer l’ambassade du Bénin près le Vatican et que l’Ambassade du Bénin à Rome se charge de remplir la mission. L’initiative se justifie d’ailleurs assez bien, car l’ambassadeur du Bénin près le Vatican avait ses bureaux à Rome. Egalement, la mesure a concerné certaines ambassades dont celles du Bénin à Ottawa (Canada) et de New-York. En effet, quand on évoque l’Ambassade du Bénin à Ottawa (Canada) et la représentation à New-York, l’Ambassade du Bénin à Washington peut bien avoir vocation à s’occuper de leurs prérogatives. Cette réforme du Gouvernement est guidée par le souci d’ajuster la présence du Bénin dans le monde avec des ressources rationnelles en réduisant la taille du personnel à des endroits où c’est  nécessaire puis en fermant momentanément lorsque le besoin l’exige. La démarche est, dans le fond pertinente et permet une rationalisation des ressources.

Le Bénin n’invente pas la houe

Avant le Bénin, d’autres pays ont expérimenté la politique de la rationalisation de leur carte diplomatique. Ces pays mettent en place, par exemple, des postes régionaux pour s’occuper de plusieurs pays, des ambassadeurs non-résidents (qui restent plutôt dans leur pays d’origine et effectuent des missions ponctuelles dans les pays qu’ils couvrent). C’est ce qui explique, par exemple, que le Bénin dépense plus que la Suède dans l’entretien des postes diplomatiques. Et pourtant, ce pays dispose de plus de ressources que le Bénin. La fermeture est une mesure qui a montré ses mérites. Le gouvernement est décidé à la poursuivre avec méthode dans d’autres pays. Pour ces fermetures qui interviendront, des démarches explicatives seront initiées et permettront de partager les motivations du Bénin avec ses partenaires. La mesure en cours n’exclut pas qu’à l’avenir, si les conditions objectives sont remplies, on procède à l’ouverture de postes diplomatiques dans l’un ou l’autre pays. Egalement, le Bénin entretient de très bonnes relations diplomatiques avec plusieurs pays sans y être présent sur leur territoire. De la même manière, plusieurs pays ont des relations avec le Bénin sans être présents sur le territoire. Certains sont à Abuja, d’autres à Accra, d’autres encore à Abidjan.

Les calculs égoïstes de certains cadres mécontents

Les anciennes pratiques budgétivores ont profité à certains cadres qui s’en prennent vertement à la mesure du gouvernement. On peut comprendre leur colère, mais le devoir de rationnaliser les ressources du pays doit primer sur ces calculs égoïstes. Leur engagement actuel ainsi que les commentaires désobligeants que font certains ne sont que de coups d’épée dans l’eau, car ils sont en déphasage avec le cours de l’histoire. A travers cette mesure, des économies pertinentes vont être faites sans affecter les bons rapports entre le Bénin et les pays concernés. La mesure gouvernementale est nécessaire, car elle est guidée par un modèle d’efficacité prouvé dans les pays développés. Le gouvernement du Président Talon avance avec courage et détermination dans la mise en œuvre de sa vision.

Abdourhamane Touré

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here