Malgré les réformes sanitaires au Bénin:Le rançonnement persiste dans des hôpitaux

0
575

Les agents de santé, malgré les réformes entreprises dans le secteur par le gouvernement maintiennent toujours leurs veilles pratiques longtemps décriées par les patients ou les parents de ces derniers. Il s’agit du rançonnement bannit par le régime en place dont certains patients ont été récemment victimes au service des urgences du Chuz d’Abomey-Calavi dans la nuit du 14 au 15 juillet 2020 et à l’hôpital de zone de Bassila.

C’est à travers un point de presse tenu vendredi 25 septembre 2020 dans la salle de conférence du Ministère de la santé à Cotonou que Blaise Ayivi, coordonnateur de la commission chargée du contrôle des structures de prestations de soins médicaux (Cccspsm) a livré l’information. Ainsi, le premier cas concerne des parents d’un patient qui s’était retrouvé dans un état comateux suite à un accident de circulation qui ont porté plainte auprès du Ministère de la santé. Au dire du coordonnateur, les investigations ont permis de relever des actes de rançonnement des usagers du service des urgences du Chuz d’Abomey-Calavi et un manque de transparence dans les mouvements de l’ambulance de cet hôpital. Le second cas quant à lui, concerne deux agents de l’hôpital de zone de Bassila qui ont perçu de l’argent chez un patient sans donner de reçu des frais d’utilisation d’oxygène non dispensé. « Ces deux agents ont reconnu l’illégalité de leur acte et ont restitué la somme indûment perçue, estimant que c’était une erreur », a-t-il laissé entendre. Selon Blaise Ayivi, la fin de cette déviance nécessite la rigueur de la part des usagers, car ils doivent payer toutes les prestations à la caisse et en réclamant les reçus pour leurs paiements et en identifiant les agents indélicats.

 

www.groupelematinal.com

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here