Maria-Gléta 2:La Centrale thermique opérationnelle

0
3922

Lancée le 29 septembre 2017, la centrale thermique de Maria-Gléta est une réalité. Le premier moteur a été mis en marche le vendredi 15 mars 2019 par le ministre de l’Energie, Dona-Jean-Claude Houssou. Un événement historique auquel ont pris par diverses personnalités dont le maire d’Abomey-Calavi Georges Bada.

Taxée de maquette par les sceptiques, la centrale thermique dual fuel 120 mégawatts de Maria-Gléta 2 est une réalité depuis le vendredi 15 mars 2019. Le premier moteur a été mis en route conformément au planning établi. A la sortie de l’épaisse fumée noire du long du conduit qui tutoie le ciel, le cercle des personnes présentes ont applaudi à grands cris. Une indescriptible joie rayonnait les visages. Celui du ministre de l’Energie en particulier. Dona Jean-Claude Houssou, fièrement dans sa tenue locale bien brodée, ne s’est point embarrassé d’exploser de joie et de lever sa main droite, dessinant avec ses doigts le V de la victoire. La victoire sur la fatalité. Scandant « Talon hoyééé », il a fait savoir que grâce au président Patrice Talon, le Bénin, ce 15 mars 2019, a pris définitivement le train du développement. « Maria-Gléta 2 n’est pas un mythe, c’est une réalité. C’est quelque chose d’historique qui montre que le Programme d’actions du gouvernement (Pag) avance. C’est le plus gros projet en œuvre en ce moment dans notre pays. Il est arrivé avant l’heure prévue. C’est la marque de fabrique de ce gouvernement. Nous avons à la tête de ce pays quelqu’un qui, quand il le dit, il le fait », s’est-il réjoui. Toujours transporté par un flamboiement d’émotions, le numéro 1 de l’Energie au Bénin s’est aussi réjoui du fait que le projet ait impacté les communautés à la base. « 80% des entreprises ayant travaillé sur ce site sont des entreprises béninoises. On peut s’en orgueillir. Plus de 1000 personnes ont travaillé sur ce site. Il y a des retombées socio-économiques. 24 salles de classe sont en train d’être construites. Il y a aussi une salle pour la police républicaine, trois kilomètres de routes, et le réseau basse tension de 25 km pour faire de la localité une localité lumière », a-t-il informé louant au passage les efforts de tous les acteurs impliqués dans la matérialisation de ce chef d’œuvre. L’un deux, le coordonnateur de projet, voyant les fruits tenir la promesse des fleurs, a poussé un ouf de soulagement. On lisait sur son visage une sorte de délivrance de voir le premier moteur tourner à plein régime. A son avis, c’est surtout le dynamisme du ministre de l’Energie qui a payé. « Le ministre s’est comporté comme un catalyseur qui a veillé à l’exécution des travaux dans les délais. On y arrive toujours quand il nous donne les orientations à suivre. Pour nous, c’est encourageant », a confié Eméric Tokoudagba qui a annoncé la mise en marche, chaque sept jours, d’un moteur supplémentaire à concurrence de six.

 

L’efficacité de Talon saluée

 

Pour le préfet de l’Atlantique, le Bénin vient d’amorcer le développement. « Grâce au président Patrice Talon, la fatalité est vaincue au Bénin. Nous avons enfin notre centrale électrique. Les populations de Maria-Gléta sont fières d’abriter ce joyau qui permettra de chasser définitivement du Bénin l’obscurité, donc la pauvreté. Allez annoncer la bonne nouvelle, le Bénin a trouvé son salut : le président Talon », a lancé Jean-Claude Kodjia dessinant aussi avec ses doigts le V de la victoire. Le maire d’Abomey-Calavi aussi n’a pas manqué de remercier le gouvernement pour son acte historique. « Nous venons d’amorcer le développement de notre pays. Ce travail est réalisé parce que le président Patrice Talon a fait confiance en un homme, et voilà  le fruit de sa confiance en son ministre de l’Energie. Il faut lui tirer chapeau et dire qu’il travaille dans l’ombre, mais son équipe suit toujours. La population suit toujours. Félicitations à monsieur le ministre. C’est l’insécurité qui est conjuguée au passé, car partout où il y a la lumière, il y a le développement », a souligné Georges Bada. Principal bénéficiaire de cette infrastructure de 106 milliards de francs Cfa, la Société béninoise d’énergie électrique voit désormais l’avenir radieux.  Yaya Fayikou, le représentant du Directeur général,  a dit toute sa satisfaction. « C’est un grand jour pour la Sbee. Nous avons la chance d’avoir à la tête de ce pays un chef de l’Etat qui est un leader et un ministre de l’énergie qui est un leader. Avec ce joyau de 120 mégawatts, la Sbee va être soulagée pour satisfaire la clientèle. Merci au président Talon et au ministre de l’Energie qui est un catalyseur », a-t-il mentionné.

 

La marque Talon paie

 

Là où l’ancien régime a échoué, le président Patrice Talon, sans avoir mis pied sur le site, a réussi à construire à Maria-Gléta la première centrale thermique du Bénin.  Le président n’a pas eu besoin, une seule fois, de prendre un hélicoptère pour des visites intempestives qui importunent les travailleurs sur le chantier. Sa méthode, faite de rigueur et d’exigence, a suffi. Il a fait confiance à son ministre de l’Energie Dona Jean-Claude Houssou, et tout s’est passé suivant les règles de l’art. De fait, le régime du Nouveau départ efface des mémoires le traumatisme de Maria-Gléta, le premier projet, sous l’ancien régime, qui fut effectivement un traumatisme pour tous ; tant pour les populations que pour les finances publiques. Aujourd’hui, la réussite du projet sous Talon doit être d’un réconfort certain pour tous. Qu’on l’aime ou non, il faut avoir l’honnêteté de reconnaître que l’actuel locataire de La Marina réussit là certains ont échoué.

 

Joël Samson Bossou

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here