Médiateur de la République:792 réclamations enregistrées en 2019

0
667

La moisson a été bonne pour le médiateur de la République au titre de l’année 2019. 792 réclamations ont été enregistrées contre 557 en 2018. Le rapport d’activités a été présenté à la presse le mardi 18 août 2020 dans la salle de conférence de l’institution à Porto-Novo.

Le médiateur de la République se conforme aux prescriptions de la loi n°2009-22 du 09 janvier 2014 instituant le Médiateur de la République qui prescrit en son article 20 que « le médiateur de la République établit un rapport d’activités chaque année. Ce rapport est transmis officiellement au président de la République, chef de l’Etat, chef du gouvernement, il est publié au journal officiel de la République du Bénin… ». Mardi 18 août 2020, Joseph Gnonlonfoun a présenté la récolte de l’année 2019 à la presse. Au total, 792 réclamations ont été enregistrées en 2019 contre 557 en 2018. Elles ont été reçues, étudiées et traitées à la grande satisfaction des concitoyens plaignants. Pour gagner le pari, l’équité est le guide du médiateur de la République et la loi est sa lumière. Il est à noter que ce rapport comporte des recommandations biens nourries à l’adresse du chef de l’Etat Patrice Talon. Il s’agit de procéder à l’apurement progressif des dettes sociales envers les anciens agents retraités de l’Etat, de rendre fonctionnelle la permanence des services de délivrance des Cartes nationales d’identité dans les Communes et les préfectures, d’instruire les services compétents du Ministère de la défense aux fins de mieux collaborer avec le médiateur de la République, de procéder dans la mesure du possible, à la levée de la mesure de suspension du paiement des rappels découlant des avancements et reclassements des agents de l’Etat. De même, il est suggéré au président de la République d’étudier la possibilité de réintégrer les 52 agents de l’ex-Commission nationale d’obtention de titres-fonciers, de reprendre l’opération de titrisation des rappels liés aux Crape 3, d’instruire les préfets aux fins de certifier les dettes dues par l’Etat dans le compte des reversements cotisations sociales. Aussi, le ministre du Cadre de vie et du développement durable devra-t-il être instruit, aux fins de veiller au respect, par l’ordre des géomètres-experts, des principes et règles déontologiques régissant leur profession dans le cadre des opérations de lotissement.  De même, ledit ministre devra prendre un arrêté fixant les critères de détermination des coefficients de réduction dans les processus de lotissement.

 

Martial Agoli-Agbo (Corresp. Ouémé-Plateau)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here