Mesures gouvernementales contre les violences postélectorales:Préserver la paix et mettre fin au désordre

0
3739

Le Gouvernement s’est penché sur les échauffourées ayant cours à Cotonou et dans certaines régions du Bénin pendant la période électorale. Au cours du Conseil des ministres hier, jeudi 2 mai 2019, des décisions fortes ont été prises pour mettre fin à ces actes de vandalisme et assurer la sécurité des personnes et des biens.

La récréation doit terminer et pour de bon ! Le Gouvernement s’est engagé au cours du Conseil des ministres d’hier,  à prendre toutes les dispositions pour que le Bénin retrouve sa paix légendaire quelque peu écornée par les derniers événements. Avant toutes mesures, le Gouvernement a souhaité que les enquêtes déjà ouvertes permettent de façon diligente de détecter les instigateurs des actes et d’engager les poursuites adéquates. En attendant de donner suite à ces recherches minutieuses confiées aux organes avertis, le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique a été instruit aux fins de donner des instructions fermes en vue de mettre fin au désordre et assurer la sécurité des personnes et des biens sur l’étendue du territoire national. En effet, si dans l’ensemble, les opérations se sont globalement bien déroulées sur tout le territoire national, il y a lieu, cependant, de constater que quelques incidents ont été enregistrés dans le centre-ville de Parakou, à Tchaourou, Savè et Glazoué, à Bantè, Savalou et Bassila. Des individus incontrôlés ont commis des actes de vandalisme, de barbarie, et ont même attenté à l’intégrité physique de citoyens dont le seul tort était de vouloir exercer leur droit civique.Par ailleurs, trois jours après la tenue du scrutin, soit dans l’après-midi du mercredi 1er mai, au motif fallacieux d’une tentative d’arrestation de l’ancien président Boni Yayi, un attroupement s’est formé à son domicile et a ensuite investi une partie de la ville de Cotonou. Dans un déchaînement inouï, les manifestants ont attaqué des édifices publics et des installations privées qu’ils ont dégradés ou incendiés. C’est le cas notamment du hall d’exposition d’un concessionnaire de véhicules situé à Cadjèhoun, de l’agence d’une banque locale au quartier Patte d’Oie. C’est le cas aussi de la tour administrative abritant plusieurs ministères dont le ministère du Travail et de la Fonction publique où la guérite d’accueil a été saccagée, une dizaine de voitures mises à feu, une trentaine de motos, un ordinateur et un climatiseur dérobés.

 

Un professionnalisme à toute épreuve

 

Face à la dérive orchestrée par ces badauds, les forces de défense et de sécurité ne se sont pas laissé distraire. Elles sont intervenues avec beaucoup de professionnalisme dans le but de préserver l’ordre public et d’éviter les dommages collatéraux. Avec la furie de ces individus non encore identifiés, une réaction à la hauteur aurait été assez grave. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, en dépit de toutes les formes de provocation, des projectiles et autres matériels contondants utilisés par ces individus, les Forces de défense et de sécurité sont restés assez professionnels et disposés à protéger les populations et disperser les manifestants. En effet, les meneurs de ces mouvements ont clairement affiché leur intention d’attenter à la stabilité de l’Etat. En témoigne, la présence de nombreux étrangers dans les rangs des manifestants. Ceux-ci, généralement de jeunes gens, sont drogués et équipés d’engins explosifs destinés à semer le désordre.

 

La violence, l’arme

des faibles

 

L’ignominie orchestrée par les faibles de la République est une faiblesse d’esprit à nul autre pareil. Ces hommes politiques viennent de perdre toute estime à travers ce désordre orchestré. Jamais par le passé, on ne saurait imaginer que des personnalités de leur rang pourraient négocier avec des badauds pour attenter à la paix et à la sécurité de leur pays. Ces événements ramènent au goût du jour, le débat de la morale en politique. Quelle est vraiment la moralité des gens que nous élisons ? Quel est leur sens de la patrie ? Quel est leur sens du bien commun ? En attendant de revenir faire un développement assez pointu et profond sur le sujet, la fibre nationaliste appelle à condamner avec la dernière rigueur ces actes de violation grave de la liberté et des droits d’autrui. Ces dérives sont destinées à mettre à mal le vivre-ensemble et la paix.  Il est à souhaiter que les autorités compétentes fassent toute la lumière sur ces actes graves et appréhender et faire sanctionner les auteurs et leurs commanditaires, quels que soient leurs rangs. C’est un devoir républicain, une question de souveraineté et de fierté nationale.

 

AT

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here