Ministère de la santé:Les syndicats boycottent le dialogue

0
1247

Les syndicats du Ministère de la santé ne veulent pas s’asseoir avec l’autorité de tutelle pour réfléchir sur les mots qui minent leur secteur. A plusieurs reprises, ils ont rejeté l’invitation aux différents travaux auxquels les a conviés l’autorité pour débattre des questions des travailleurs.

Les syndicalistes du Ministère de la santé ne veulent pas discuter des problèmes des travailleurs avec leur supérieur hiérarchique. Plusieurs séances de travail convoquées par le ministre Benjamin Hounkpatin pour aplanir les divergences et harmoniser les points de vue sur la gestion du secteur santé se sont révélées infructueuses.  Le dernier boycott en date est celui du vendredi 2 octobre 2020. En effet, avons-nous appris, à cette importante rencontre, employeurs et partenaires sociaux devraient débattre d’une importante réforme concernant les nouveaux diplômés en quête d’emploi. Il s’agit de la plateforme emploi santé. Cet outil révolutionnaire vise à court terme à offrir des perspectives heureuses en termes de recrutement de personnels de qualité dans le domaine de la santé. Selon nos informations, c’est justement autour de cette question aussi cruciale qu’ont été conviés les partenaires sociaux, mais ils ont une fois encore brillé par leur absence. Et ce n’est pas le seul. Il y a quelques semaines, ces représentants des travailleurs ont marqué par leur absence à la séance de travail relative aux mutations. Cette rencontre devrait permettre de faire les arbitrages nécessaires par rapport à ce dossier intéressant au plus haut point les travailleurs. Et la liste s’enchaine. La politique de la chaise vide se fait expressive dans le rang des partenaires sociaux qui préfèrent s’exclure du débat afin de crier demain à l’exclusion. Cette attitude des partenaires sociaux du Ministère de la santé, inscrite finalement en mode de fonctionnement bloque toute possibilité d’échanges. Pendant que le Ministère travaille avec volonté et engagement à répondre favorablement aux désidératas des travailleurs, les premiers représentants se muent dans un silence assourdissant, bloquant ainsi l’évolution des dossiers de leurs collègues. On se pose la question de savoir s’ils sont réellement à la recherche des intérêts des travailleurs ou visent simplement la satisfaction d’intérêts individuels, égoïstes et partisans. Face à cet immobilisme, l’autorité en charge de la santé ne compte pas se laisser endormir. Benjamin Hounkpatin est résolu à tout mettre en œuvre pour faire évoluer ces dossiers dont l’aboutissement permettra de combler les attentes des travailleurs.

 

Abdourhamane Touré

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here