Mise en œuvre des recommandations du dialogue politique:Talon échange avec la Conférence des présidents du Parlement

0
1124

Le Chef de l’Etat a exhorté le Parlement à jouer sa partition dans la mise en œuvre des recommandations issues du dialogue politique tenu les 10, 11 et 12 octobre 2019. C’était dans le cadre des échanges qu’il a eus avec la Conférence des présidents de l’Assemblée nationale, jeudi 17 octobre 2019, au palais de La Marina.

Le président Patrice Talon tient au dégel de la crise politique. Il a, une fois encore, exprimé sa volonté à l’occasion de la rencontre qu’il a eue avec la Conférence des présidents de l’Assemblée nationale. En effet, à la suite de son compte rendu des recommandations du dialogue politique au Conseil des ministres, il a tenu une séance de travail avec le bureau de l’Assemblée nationale élargie aux présidents des groupes parlementaires et aux présidents des commissions permanentes. L’objectif de cette rencontre est de leur présenter les conclusions du dialogue politique tenu à Cotonou du 10 au 12 octobre 2019. Après avoir présenté les recommandations, le président de la République a plaidé pour leur prise en compte diligente par la représentation nationale. Déterminés à jouer leur partition, les députés ont salué la démarche du Chef de l’Etat et l’ont rassuré de ce que les diligences nécessaires seront faites pour la prise en compte des doléances des acteurs politiques. Toutefois, le chef de l’Etat a promis de solliciter les spécialistes en la matière pour que la doléance des délégués au dialogue politique liée à l’amnistie des auteurs des événements des mois d’avril, mai et juin 2019 relatifs aux législatives soit satisfaite. A cet effet, il a promis la mise en place d’un comité d’experts constitués du facilitateur du dialogue politique et de ses rapporteurs auxquels vont s’adjoindre trois personnalités désignées par le bureau de l’Assemblée nationale et deux par la présidence de la République. Ce comité sera chargé de la formulation technique des recommandations aux fins de la décrispation du climat politique.

 

Odi I. Aïtchédji

 

 

Communiqué final de la séance de travail

 

A son invitation, le président de la République, chef de l’Etat, chef du gouvernement, Monsieur Patrice Talon, a reçu le bureau de l’Assemblée nationale, les présidents des Commissions permanentes et les présidents des groupes parlementaires, à l’effet de leur présenter les conclusions du dialogue politique tenu à Cotonou, les 10, 11 et 12 octobre 2019. A cette occasion, le président de la République a rappelé que les partis politiques enregistrés se sont réunis à son initiative en vue de se concerter dans le cadre d’un dialogue politique franc et responsable sur les questions politiques d’intérêt national. A l’issue de ces assises, les partis politiques ont formulé les recommandations consensuelles portant sur :

  1. la relecture de la Charte des partis politiques et du Code électoral ;
  2. l’institution des élections générales ;
  3. une meilleure représentation du peuple par les femmes ;
  4. l’actualisation et la mise en œuvre effective de la loi portant statut de l’Opposition ;
  5. des mesures d’apaisement politique.

En présentant ces recommandations, le président de la République a plaidé pour leur prise en compte diligente par la représentation nationale. Prenant acte des conclusions et des recommandations du dialogue politique, les participants ont salué l’initiative, félicité les acteurs et rassuré le président de la République ainsi que l’ensemble du Peuple béninois de ce que les diligences nécessaires seront entreprises pour la prise en compte desdites recommandations. Il est apparu que la mise en œuvre de celles-ci appelle des mesures de nature législative dont une loi d’amnistie, s’agissant des événements des mois d’avril, mai et juin 2019 relatifs aux élections législatives. A cet effet, un comité d’experts constitué du facilitateur du dialogue politique et de ses rapporteurs auxquels vont s’adjoindre trois (3) personnalités désignées par le Bureau de l’Assemblée nationale et deux (2) désignées par le président de la République, sera chargé de la formulation technique des recommandations du dialogue.

 

Cotonou, le 17 octobre 2019

Propos liminaires du président de la République

Monsieur le président de l’Assemblée nationale,

Mesdames et messieurs les membres de la Conférence des présidents de l’Assemblée nationale,

A la suite du dialogue politique auquel j’ai convié les partis politiques, le

gouvernement a examiné, ainsi que vous l’avez suivi dans le compte rendu du Conseil des ministres d’hier mercredi 16 octobre 2019, les conclusions qui en sont issues. Il est apparu que les recommandations consensuelles contenues dans la synthèse du rapport, concernent essentiellement l’organisation des partis politiques, l’organisation des élections, une meilleure présence des femmes dans les instances de décision, le statut de l’opposition et les mesures d’apaisement politiques liées aux événements des mois d’avril, mai et juin 2019. A l’analyse, la mise en œuvre effective de ces recommandations appelle l’intervention de la représentation nationale. C’est à cette fin que j’ai pris l’initiative de la présente rencontre pour partager avec vous la pertinence des recommandations qui ont été formulées par les participants au dialogue politique.

A mon sens, ces recommandations participent à la consolidation de la concorde nationale.

C’est pourquoi, je vous prie de voir dans ma démarche un plaidoyer qui appelle votre responsabilité historique.

Monsieur le président de l’Assemblée nationale

Je n’ai pas de doute que votre institution jouera sa partition avec diligence et efficience pour satisfaire les légitimes attentes de notre peuple.

D’ores et déjà, je vous assure de ma disponibilité personnelle et de celle de mon

gouvernement en vue de la mise en œuvre diligente des délibérations qu’il vous plaira de prononcer.

 

Je vous remercie.

 

 

La balle dans le camp des députés

Le Chef de l’Etat, Patrice Talon a rencontré la Conférence des présidents de l’Assemblée nationale hier jeudi 17 octobre 2019 dans la matinée au Palais de La Marina. A cette occasion, le président de la République a mandaté les élus du peuple aux fins de jouer à fond leur partition pour la satisfaction des différents points objets de consensus  du dialogue politique tenu les 10, 11 et 12 octobre. Le Parlement a désormais la lourde responsabilité de porter ce projet d’envergure.

La balle est désormais dans le camp du Parlement. Les grandes lignes du projet de consensus de la grande rencontre politique lui sont soumises pour qu’il fasse le travail de fond nécessaire. Le président de la République vient donc de jouer sa partition et confie à la deuxième institution de la République, la mission d’assurer la sienne. Depuis hier, le Parlement a pris le relai pour conduire à bon port le processus. Il n’y a à priori pas besoin de s’inquiéter outre mesure de la capacité de ces acteurs de conduire diligemment le processus jusqu’au vote, car ils en ont les moyens. Au-delà du fait qu’ils sont des acteurs politiques à part entière, ils étaient pour la plupart au dialogue politique. Il s’agira pour le Parlement de voir dans quelle mesure faire des propositions de loi pour soit créer des lois encore inexistantes ou compléter celles qui le sont déjà. Ces différentes propositions passeront ensuite en commission et en plénière pour vote. L’idée de donner un contenu législatif au consensus du Palais des congrès trouve son sens dans la nécessité de donner suite aux aspirations des acteurs politiques. Elle exprime le souci de permettre à ces derniers d’introduire dans les textes de loi les points qu’ils ont débattus et approuvés. Il s’agit d’une action éminente de justice qui démontre le niveau de maturité des acteurs en charge de mettre en œuvre ce processus. La charge qui porte ces décisions est si forte qu’elle dépasse même le simple jeu de vote ordinaire de loi. A partir de cet instant, le Parlement n’aura vraiment pas autre choix que de faire son travail pour qu’on ait, à l’issue du processus, des lois qui reflètent assez clairement les vœux des nombreux délégués envoyés aux assises du Palais des congrès. Les députés doivent œuvrer sans désemparer à agir promptement pour la cause qui est désormais nationale. En toute responsabilité, le Chef de l’Etat, Patrice Talon, a fait du mieux qu’il peut pour que les assises se tiennent dans de bonnes conditions. Il s’est rendu disponible pour recueillir les conclusions des travaux et enfin s’est engagé à les soutenir. Beaucoup pensaient que ce n’était qu’un discours politique, mais le Chef de l’État a en moins d’une semaine joint l’acte à la parole en soumettant à la Conférence des présidents de l’Assemblée nationale le contenu des points de consensus adoptés à ces assises. Tout cela témoigne le souci du Chef de l’Etat à œuvrer véritablement au dégel du climat politique et à l’instauration d’un cadre partisan cohérent. L’objectif est définitivement atteint. Le Parlement doit prendre le relai.

 

Hospice Alladayè

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here