Mise en service d’infrastructures modernes:Le nouvel Abattoir de Cotonou opérationnel

0
1655

Le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, Gaston Dossouhoui, a inauguré le nouvel Abattoir de Cotonou. C’était le jeudi 20 décembre 2018 en présence des ministres José Tonato, Modeste Kérékou et Serge Ahissou.

L’Abattoir de Cotonou présente un nouveau visage. Il a été réhabilité pour non seulement augmenter la quantité de la production de viande, mais aussi assurer la qualité. Cette infrastructure a fait peau neuve grâce au Projet d’appui aux filières lait et viande (Pafilav) cofinancé par le gouvernement béninois et la Banque africaine de développement (Bad). Selon Gaston Dossouhoui, ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, ce joyau vient à point nommé contribuer à élever la qualité sanitaire des viandes mises sur le marché, assurant ainsi une meilleure protection de la santé du consommateur. Ainsi, il a rappelé que le bien-être des populations est l’une des préoccupations majeures inscrites dans le Pilier 3 du Pag. Outre l’Abattoir de Cotonou, le ministre a précisé que le projet prend également en compte la construction et l’équipement de l’Abattoir de Parakou ainsi que la construction de 10 postes d’abattage dans certaines communes pour contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire des populations. Par ailleurs, pour un suivi rigoureux de cette infrastructure, il a invité les acteurs concernés à préserver ce joyau.

<script async src= »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »></script>
<ins class= »adsbygoogle »
style= »display:block; text-align:center; »
data-ad-layout= »in-article »
data-ad-format= »fluid »
data-ad-client= »ca-pub-4711733241009537″
data-ad-slot= »5661125067″></ins>
<script>
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
</script>

Cela, à travers des maintenances régulières et professionnelles des équipements. « S’il le faut, relever les agents indélicats serait mon sport favoris. Car nous n’allons pas permettre que l’infrastructure soit mise à mal », a martelé Gaston Dossouhoui. Pour sa part, John Andriariasata, Représentant de la Bad, a indiqué que la mise en œuvre du Pafilav est estimée à 18 milliards de Fcfa dont 4 milliards de Fcfa pour l’Abattoir de Cotonou. « Ce projet a été une réussite grâce à l’implication personnel du ministre Dossouhoui qui, de jour comme de nuit, s’enquit de nos nouvelles », a-t-il fait savoir. A l’entendre, cet Abattoir s’aligne directement sur les stratégies de la Banque.

<script async src= »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »></script>
<ins class= »adsbygoogle »
style= »display:block; text-align:center; »
data-ad-layout= »in-article »
data-ad-format= »fluid »
data-ad-client= »ca-pub-4711733241009537″
data-ad-slot= »5661125067″></ins>
<script>
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
</script>

Caractéristiques de l’Abattoir

 

Selon Emile Toïgbé, Coordonnateur du Pafilav, le nouvel Abattoir de Cotonou est l’un des plus modernes de la sous-région. Sa capacité d’abattage est de 60 bovins par brigade avec une possibilité de 2 brigades, soit 120 bovins par jour alors que celle de l’ancien abattoir est limitée à 30 bovins par jour. Il est doté d’équipements modernes et comporte, entre autres, un parc de stabulation (accueil des animaux), un box de sacrifice rituel, une ligne hors-sol de traitement des carcasses avec des plateformes pneumatiques, une boyauderie, une chambre froide de consigne pour les viandes suspectes, une chambre froide de ressuyage, une station d’épuration des eaux usées, un incinérateur pour déchets dangereux et animaux destinés à l’équarrissage, une salle d’expédition et une bâche à eau avec station de traitement d’eau potable.

 

Donald Kévin

Gayet (Stag)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here