Modernisation et construction des marchés du Bénin:Les travaux démarrent dès début avril

0
5399

Les femmes des marchés du Bénin en savent désormais plus sur le niveau d’avancement du Projet de modernisation et de construction des marchés. C’était au cours d’une séance d’échanges initiée par l’Agence nationale du cadre de vie  qui a eu lieu, vendredi 18 janvier 2019 à Cotonou en présence du ministre du Cadre de vie, José Didier Tonato.

Le démarrage du Projet de modernisation et de construction des marchés du Bénin est prévu pour la fin du premier trimestre. C’est ce qu’il faut retenir de la restitution de l’état d’avancement du projet aux femmes de ces marchés. Selon Olga Dagnon, Directrice générale de l’Agence nationale du Cadre de vie, le projet de modernisation et de construction des 35 marchés prévus est scindé en trois phases. La phase A est composée de dix marchés : sept (07) urbains et trois (03) régionaux dont les marchés d’Azovè, de Houègbo et de Glazoué. Ce sont les travaux de cette première phase qui vont démarrer dès la fin du premier trimestre. Elle a précisé que les études sont bouclées et la sélection des entreprises a été déjà faite. La Directrice a fait savoir que la phase B va également prendre en compte dix marchés dont huit (08) urbains et (02) régionaux.

<script async src= »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »></script>
<ins class= »adsbygoogle »
style= »display:block; text-align:center; »
data-ad-layout= »in-article »
data-ad-format= »fluid »
data-ad-client= »ca-pub-4711733241009537″
data-ad-slot= »5661125067″></ins>
<script>
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
</script>

« L’appel d’offres de la deuxième phase sera lancé en même temps que le démarrage des travaux de la phase A », a-t-elle déclaré. José Didier Tonato, ministre du Cadre de vie et développement durable, a rappelé la volonté du gouvernement d’offrir des cadres sains et agréables aux usagers des marches et une sécurité sanitaire des aliments. C’est ainsi qu’il a précisé que vingt marchés seront réalisés d’ici à 2020. Par ailleurs, il a indiqué que la séance d’échanges vise à rendre compte aux femmes des dispositions pratiques qui seront observées pour le bon déroulement des travaux.

<script async src= »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »></script>
<ins class= »adsbygoogle »
style= »display:block; text-align:center; »
data-ad-layout= »in-article »
data-ad-format= »fluid »
data-ad-client= »ca-pub-4711733241009537″
data-ad-slot= »5661125067″></ins>
<script>
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
</script>

Il s’agit de l’aménagement des sites de relogement déjà identifiés et le déplacement des vendeuses afin de libérer de l’espace pour les travaux. « Nous les avons invitées pour les informer de nouvelles dispositions pratiques en vue d’une réussite des opérations », a-t-il fait comprendre. Pour finir, il a rassuré les femmes de ce que personne ne sera déplacé lorsque le site de relogement n’est pas aménagé. Il faut noter que les préfets et les maires qui sont concernés par les  deux premières phases ont été associés à ces échanges.

 

Donald Kévin Gayet (Coll)  

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here