Or blanc:Les prix de la campagne 2020-2021 officialisés

0
1278

A l’issue de sa séance du mercredi 1er juillet 2020, le Conseil des ministres a homologué les prix de cession des intrants et d’achat de coton graine aux producteurs, au titre de la campagne cotonnière 2020-2021.

Le gouvernement se conforme à la volonté des familles professionnelles de l’Association interprofessionnelle du coton (Aic) de reconduire, au titre de la campagne 2020-2021, les prix de cession des intrants aux producteurs pratiqués au cours de la campagne écoulée. En Conseil des ministres hier mercredi 1er juillet, les prix de cession des intrants et d’achat de coton-graine aux producteurs ont été homologués. Ainsi, le prix de l’engrais, toutes catégories confondues est fixé à 240 FCfa le kilogramme soit 12 000 FCfa le sac de 50 kg. En ce qui concerne les insecticides coton, les familles de l’Aic retiennent 3500 FCfa le flacon pour le traitement de demi (0,5) hectare. Pour les herbicides totaux et herbicides sélectifs, les prix convenus sont respectivement de 3500 FCfa/litre et 5000 FCfa/litre. Etant désormais dans leur rôle après le désengagement du gouvernement, les professionnels ont, dans leur vision de faire rayonner le secteur cotonnier béninois, décidé de maintenir les prix d’achat du coton-graine aux producteurs à leurs niveaux de la campagne précédente. A cet effet, les prix du coton-graine du 1er et du 2ème choix sont respectivement fixés à 265 FCfa/kg et 215 FCfa/kg net à payer aux producteurs. 318 FCfa/ kg et 258 FCfa/kg sont retenus pour le coton-graine biologique du 1er choix et du 2ème choix. Quant aux  fonctions critiques, 15 FCfa/kg ont été maintenus. Cette homologation des prix faite par le gouvernement rime non seulement avec la volonté des acteurs de la filière, mais prouve également que les égreneurs endossent le risque avec les producteurs. Elle renforcera la filière et permettra au Bénin de rééditer les exploits notés dans cette filière ces 3 dernières années. Il a été également demandé aux ministres concernés de prendre des mesures visant à instituer un mécanisme de consultation de l’Aic par tout établissement financier dans le cadre de l’octroi de crédits de campagnes agricoles aux producteurs de coton des Coopératives villageoises de producteurs de coton (Cvpc). Une initiative qui empêchera les producteurs de faire les frais des effets collatéraux de la pandémie du Covid-19. Ces ministres veilleront en outre à renforcer le contrôle des intrants au niveau des frontières dans le but de décourager leur bradage organisé de plus en plus par certains responsables desdites coopératives.

 

Benjamin Douté

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here