Organisation de la prochaine Présidentielle:Les Osc parlent de la transparence du scrutin avec Joseph Djogbénou

0
761
« Nous travaillerons pour que le processus soit transparent et sans violences », a déclaré Fatoumatou Batoko Zossou, présidente de la Plateforme électorale des Organisations de la société civile (Osc) du Bénin, vendredi 23 octobre 2020, au sortir de l’audience à eux accordée par le président de la Cour constitutionnelle. A cette occasion, le Groupe national de réponse électoral (Gnre), présidé par Claire H. Ayémona a été présenté à Joseph Djogbénou. L’objectif de cette visite est de révéler le travail de l’ombre que fait ledit Groupe pour la tenue de l’élection présidentielle inclusive et sans violences, ouverte à toutes les entités politiques. Mis en place le 25 septembre 2020, le Gnre a pour objet principal, de discuter, d’élaborer et de recommander des stratégies de réponses aux risques de violences, liées à l’élection présidentielle de 2021 au Bénin, en rapport avec les lois électorales. Selon la présidente Claire H. Ayémona, les périodes électorales sont souvent assez délicates, raison pour laquelle le Groupe a été mis en place et a commencé à travailler sur le terrain pour qu’il y ait la paix. Le président Joseph Djogbénou a pris l’engagement pour que la Cour constitutionnelle joue sa partition afin qu’il y ait une élection paisible au Bénin en 2021 ».
« Nous avons pour devoir de veiller à la transparence du scrutin, à prévenir les risques de fraudes et à les sanctionner »: Joseph Djogbénou
« Au Bénin et au Niger, le nouvel élément, c’est le parrainage. Cela ne peut être apprécié que lors des contentieux. Ce n’est pas une situation exceptionnelle, puisque cela rentre dans le processus lié à la candidature à la  présidence  de la République. Cela ne peut être examiné lorsqu’il y a un recours auprès de la Cour constitutionnelle, la Cour en tant juridiction ayant le dernier mot lorsqu’il y a des litiges  et des contentieux »  a déclaré le président de la Cour constitutionnel du Bénin, Joseph Djogbénou, qui  après les Osc vendredi dernier  a reçu  une délégation de la Cour constitutionnelle du Niger. Pour Joseph Djogbénou, les juridictions constitutionnelles, dans leur rôle de garant des droits et libertés, doivent veiller à ce que la jouissance par les citoyens de leurs droits et libertés soit pleine et entière.  « Nous avons vocation et obligation à faire en sorte que les institutions issues des scrutins soient légales et légitimes. Nous avons pour devoir de veiller à la transparence du scrutin,  à prévenir les risques de fraudes  et à les sanctionner », a-t-il ajouté.
Wilfrid Noubadan

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here