Parrainage des candidats à la Présidentielle de 2021:Des députés s’en prennent à la Céna (Une cacophonie préjudiciable à la célérité de l’organisation des élections)

0
755

La Commission électorale nationale autonome (Céna) a sollicité et obtenu du président de l’Assemblée nationale Louis Vlavonou et de son Bureau, une séance d’informations et d’échanges avec les députés sur le parrainage des candidats à l’élection présidentielle d’avril 2021. Ainsi, les membres de l’organe en charge de l’organisation des élections au Bénin étaient dans la matinée du mercredi 21 octobre 2020 au Palais des gouverneurs à Porto-Novo pour expliquer aux élus du peuple le mécanisme par lequel, ils comptent mettre en application le système du parrainage.

Le saut de confidentialité donné au parrainage des candidats à la Présidentielle d’avril 2020 par la Commission électorale nationale autonome (Céna) n’est pas du goût des députés. Face à la Représentation nationale hier, mercredi 21 octobre 2020, le président Emmanuel Tiando et sa délégation s’en ont aperçu. Au cours des discussions générales, les députés ne sont pas allés par quatre chemins pour désapprouver l’interprétation de la Commission électorale nationale autonome. Les élus parlementaires fustigent le fait que l’institution en charge de l’organisation des élections interprète très mal les lois qu’ils votent. Mieux, ils estiment que la Commission électorale nationale autonome (Céna) n’a pas vocation à expliquer aux députés la mise en œuvre des lois qu’ils ont votées, ni interpréter une loi votée par l’Assemblée nationale. « C’est ici que nous avons voté la loi et nulle part nous n’avons dit que le parrainage devait être secret », ont fulminé entre autres, les parlementaires Abdoulaye Gounou, Augustin Ahouanvoébla et André Okounlola. Par ailleurs, les députés ont invité la Céna à rester dans son registre légaliste car, son rôle consiste à expliquer les mesures prises pour une bonne organisation de l’élection présidentielle, conformément aux dispositions de l’article 19 du Code électoral. En somme, la formule de parrainage anonyme adoptée par la Céna ne plaît pas du tout aux députés car pour eux, le parrainage n’a pas à être secret, ni laissé à la discrétion des élus communaux ou députés qui sont issus de partis politiques. Il ne reste donc qu’à se référer à la Cour constitutionnelle à qui reviendra le dernier mot.

 

Martial Agoli-Agbo (Corresp. Ouémé-Plateau)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here