Perspectives économiques régionales:Une croissance d’au moins 5%, selon Karim Barhoumi

0
653

Les pays d’Afrique subsaharienne connaîtront une évolution de leur taux de croissance économique pour l’année 2019. C’est la substance des perspectives économiques régionales présentées par le   représentant résident du Fonds monétaire international (Fmi) au Bénin, Karim Barhoumi, vendredi 24 mai 2019 à Cotonou.

Les performances économiques demeurent divergentes en Afrique subsaharienne. Les pays aux économies les plus diversifiées (21 sur 45) devraient continuer à enregistrer une crois-sance d’au moins 5% .C’est ce qu’a fait savoir Karim Barhoumi, représentant résident du Fonds monétaire international (Fmi) au Bénin lors de la présentation des perspectives éco-nomiques régionales. Intitulées « Reprise dans un contexte de grande incertitude », ces perspectives sont un résumé des analyses des économies africaines et les options de poli-tique économique des pays. Selon le représentant résident du Fmi, la croissance devrait rester anémique à court terme dans les 24 autres pays qui sont davantage tributaires des ressources naturelles et qui abritent les deux tiers de la population régionale. Selon Karim Barhoumi, si l’environnement externe actuel, complexe et moins favorable, se dégradait dans les pays où la croissance demeure rapide,  alors il faudrait continuer à reconstituer des réserves. « Partout ailleurs, si les financements disponibles et la viabilité de la dette permettent d’améliorer les performances économiques, il faudrait rééquilibrer les politiques pour soutenir la croissance », a-t-il indiqué. Karim Barhoumi a également expliqué que les pays dont les sous-sols sont riches, doivent diversifier leurs sources de financement pour maintenir la croissance en cas de chute des prix des matières premières.

Pour le représentant-résident du Fmi, les  réformes nécessaires doit être mise en œuvre pour mieux gérer les besoins de dépenses en faveur du développement et créer des emplois.Ainsi, il s’agira d’améliorer les recettes fiscales, d’encourager davantage l’investissent privé, d’accroître la productivité en valorisant la diversification et la compétitivité des exportations, de réduire les obstacles non tarifaires et de promouvoir le commerce interrégional.« A politiques inchangées, la reprise économique au-delà de 2019 devrait être marginale », a-t-il conclu.

 

Le cas du Bénin

 

Le Bénin fait partie des pays dont les perspectives économiques sont favorables pour l’année 2019. Le dernier rapport du Fmi annonce une croissance économique de 6,7% pour l’année en cours. SelonKarim Barhoumi, cette prévision est liée aux réformes en-gagées dans des domaines stratégiques. Elle est également le fruit des investissements publics dans le domaine de l’agriculture en 2016 et 2017 avec des production-srecord.De plus, il est désormais plus facile de créer une entreprise au Bénin.

 

Donald Kévin Gayet (Coll)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here