Pesanteurs sociologiques et parité chez la femme:Décryptage de Liady et de Hazounmè

0
2196

Compte tenu de certaines réalités liées à la culture, la femme béninoise a du mal à s’exprimer. C’est ce qu’a déclaré la directrice de l’Ong Yêtin, Paula Evelyne Liady et la vice-présidente nationale de la Jeune chambre internationale, Sandrine Hazounmè. Invitées sur l’émission « Mercredi politique » de la chaîne de télévision privée « E-Télé » hier mercredi 08 janvier 2020, elles ont déclaré que la parité est un concept qui fait son petit bonhomme de chemin. La  parité n’a véritablement pas évolué chez la femme.

Pour la directrice de l’Ong Yêtin, Paula Evelyne Liady, la femme voit beaucoup de choses, mais elle est obligée de se taire. « Ne parlons même pas de la femme analphabète. Chez elle, c’est la soumission totale », a-t-elle déclaré. La vice-présidente nationale de la Jeune chambre internationale Sandrine Hazounmè, a abondé dans le même sens. A l’en croire, la femme africaine, qu’on le veuille ou non n’a pas vocation à se placer au même niveau que l’homme. « Déjà vers le bas âge, quand vous regardez les parents, la manière dont ils éduquent leurs enfants, filles et ceux garçons, vous constatez tout de suite que les parents mettent la différence. Parfois, les hommes, s’ils sont plus jeunes que les filles, se font servir par elles parce que ce sont les hommes de la maison », a-t-elle expliqué. Pour les deux invités, c’est un frein psychologique chez la femme africaine. C’est une maladresse de la société qui a très tôt pris l’homme comme celui qui avait tous les pouvoirs et diminuer la femme. Elles estiment que malgré tous les pouvoirs que les mères ont dans la tradition,  on a très tôt fait de  montrer à la femme qu’elle n’a aucun pouvoir. Elles exhortent les femmes à transcender ces pesanteurs sociologiques à et à s’affirmer réellement.

 

Léonce Adjévi

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here