Phase pilote du projet Arch:2253 citoyens bénéficient déjà de l’assurance maladie  (89 899 reçoivent leurs cartes biométriques)

0
2428

Le coordonnateur national de l’Unité de gestion du projet Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch), Venant Quenum, et le médecin coordonnateur de la zone sanitaire d’Abomey-Calavi/Sô-Ava, Rodrigue Kohoun, se sont entretenus, hier mardi 11 février 2020, avec les professionnels des médias. La rencontre qui s’est déroulée à la salle de conférence des tours administratives à Cotonou a permis de faire le point de l’évolution de la phase pilote du volet Assurance maladie du projet Arch démarrée en juillet 2019.

La phase pilote du volet assurance maladie du projet Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch), impacte déjà les populations à la base en situation de pauvreté extrême. Démarrée le 29 juillet 2019, à la date d’aujourd’hui pour les trois zones pilotes du projet que sont Abomey-Calavi/Sô-Ava, Dassa-Zoumé/Glazoué et Djougou-Copargo-Ouaké, ils sont déjà 2253 personnes à bénéficier de la prise en charge, soit 1682 dans la zone sanitaire Abomey-Calavi/Sô-Ava, 172 à Dassa-Zoumè/Glazoué et 399 à Djougou-Copargo-Ouaké. C’est ce qu’on peut retenir du point d’étape fait par le coordonnateur de l’Unité de gestion du projet Arch, Venant Quenum. A l’en croire, tout a démarré par l’identification des bénéficiaires qui s’est déroulée en plusieurs étapes. Il y a d’abord  la mobilisation de la communauté, les associations de développement et les structures techniques comme l’Insae pour l’identification des bénéficiaires. Ce processus a permis, à la date du 09 février 2020, d’avoir pour les 3 zones sanitaires des 7 Communes de la phase pilote du volet Assurance maladie environ 105 mille personnes identifiées. Il y a eu également la distribution de 89 899 cartes biométriques aux bénéficiaires dans les trois zones sanitaires. Sur cet effectif de 89,899 bénéficiaires de cartes biométriques, 2253 personnes ont été prises en charge, soit 1682 dans la zone sanitaire Abomey-Calavi/Sô-Ava, 172 à Dassa-Zoumè/Glazoué et 399 à Djougou-Copargo-Ouaké. « Je peux vous assurer que lorsque vous êtes détenteurs de cette carte, sur laquelle est inscrite votre affiliation au volet Assurance maladie de Arch, vous avez droit à une consultation gratuite, à des analyses gratuites, lorsque la pathologie est contenue dans le panier de soin. Enfin, vous avez droit à des médicaments gratuits », a-t-il expliqué. Il a également fait savoir que les factures liées à la prise en charge des personnes dans les centres de santé sont payées au fur et à mesure que le projet évolue. Cette phase pilote du volet Assurance maladie a également permis d’avoir une idée claire des pathologies dont souffrent ces pauvres extrêmes. Selon les statistiques, le paludisme vient en tête avec près de 63% de consultation. Les infections respiratoires suivent avec 13% et enfin les infections digestives. A ce niveau, il s’est réjoui que l’objectif de prendre en charge le plus grand nombre de Béninois pour l’Assurance maladie et de s’occuper des affections les plus courantes a été totalement atteint à travers ces premiers résultats. Il a également évoqué le changement de comportement des bénéficiaires vis-à-vis des centres de santé. « Il a été constaté que les personnes qui n’ont pas l’habitude de fréquenter les centres de santé ont commencé par les fréquenter grâce à l’assurance que leur confère la carte qui leur donne droit à une prise en charge gratuite pour les affections du panier de soin », a-t-il fait remarquer.

 

Les prochaines étapes

 

Selon le coordonnateur de l’Unité de gestion de l’Assurance maladie, Venant Quenum, dans les prochains jours, il sera lancé, avec la collaboration de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) et de la Banque mondiale, une évaluation sur toutes les zones pilotes. Ensuite, il y aura la poursuite de l’enquête socio-économique conduite par l’Insae pour faire l’analyse de tous les ménages qui restent à intégrer dans la base. Après cela, il sera procédé sur l’autorisation du gouvernement à l’impression des cartes biométriques. Enfin, la généralisation du volet « Assurance maladie » interviendra dans le second semestre de l’année. « Lorsque toutes ces personnes auront leurs cartes biométriques, on serait en mesure de généraliser l’Assurance maladie sur toute l’étendue du territoire national pour les bénéficiaire prises en charge par l’Etat. C’est-à-dire les personnes en situation de vulnérabilité qui sont les privilégiés du gouvernement Talon. Après cette étape, le volet Assurance maladie pourrait être ouvert à toute la population », a-t-il ajouté.

 

Le cas de la zone sanitaire

d’Abomey-Calavi/Sô-Ava

 

Présent à cette rencontre, le médecin coordonnateur de la Zone sanitaire Abomey-Calavi/Sô-Ava, Rodrigue Kohoun, a évoqué le cas de la zone sanitaire qu’il dirige. Les pauvres extrêmes sont effectivement pris en charge. « Il suffit qu’ils présentent leurs cartes biométriques et aussitôt ils sont pris en charge sans aucune perte de temps », a-t-il déclaré. Il a également souligné que le personnel des centres de santé est payé au fur et à mesure que la prise en charge des patients est faite. Il a confié qu’avant la mise en œuvre du volet Assurance maladie, sa zone sanitaire  a reçu un prêt de 45 millions de médicaments positionnés dans les formations sanitaires pour garantir la prise en charge adéquate des bénéficiaires. Le personnel des centres de santé a été formé sur la prise en charge pour améliorer la qualité des soins par le biais des protocoles édités dans ce cadre.Pour finir, il  a remercié le gouvernement qui a compris la nécessité d’accompagner les centres de santé dans la réussite du volet assurance maladie. Dans le rang des bénéficiaires, c’est la satisfaction totale. C’est le cas de Victorien Gansou. Chauffeur de profession et habitant à Agassa Godomey, il a été pris en charge gratuitement par ce projet. Il a tenu à remercier le gouvernement pour sa prise en charge dans le cadre de la phase pilote du volet Assurance maladie du projet Arch. « C’est vraiment une réalité ce qui se passe sur le terrain. J’ai été pris en charge gratuitement », s’est-il réjoui. Il est à rappeler que l’Arch est l’un des 45 projets phares du Programme d’actions du gouvernement (Pag), inscrit en son pilier 3, axe stratégique 6, action 1 relative à la protection sociale, en particulier celle des plus démunis. Sa finalité est d’accroître la capacité et l’accès aux services sociaux de base ainsi que les opportunités économiques de façon durable et équitable à la population, notamment aux plus démunis. Il a pour objectifs d’améliorer l’accès aux services de santé pour toute la population, d’offrir aux acteurs du secteur informel des formations opérationnelles, de faciliter l’accès au crédit aux acteurs économiquement faibles du secteur informel et de proposer un mécanisme de pension retraite aux agriculteurs, commerçants et artistes du secteur informel. Il consiste en un paquet intégré de quatre services qui seront offerts en synergie à un guichet unique. Ces quatre services sont : l’assurance-maladie, le crédit, la formation et l’assurance-retraite.

 

Léonce Adjévi

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here