Plan social à l’ex-Smtp:Les employés face à l’histoire

0
3401

Au cours de son conclave du mardi 24 décembre 2019, le gouvernement a prononcé la dissolution de la Société du matériel des travaux publics « Smtp » et la cession de l’actif à son personnel. Cela, en vue d’apporter des réponses appropriées à la situation critique à laquelle la société est confrontée.

La Smtp n’existe plus. Sa dissolution a été prononcée par le gouvernement du fait des difficultés de la société à atteindre ses objectifs. En effet, confrontée à d’énormes difficultés depuis quelques années, la « Smtp » peine à s’affirmer. Pour apporter des réponses efficaces aux maux dont souffre la société, le gouvernement a organisé en août 2017 avec les acteurs, une journée de réflexion prospective. La principale recommandation issue de cette rencontre est la dissolution de la société parce qu’aucune perspective de retour à meilleure fortune ne se dessinait. Depuis lors, en guise de mesures d’accompagnement aux travailleurs, le gouvernement prend en charge une partie de leurs arriérés salariaux. La pertinence de l’objet social de la société a amené l’Exécutif a proposé au personnel de la Smtp qui l’a accepté, de se constituer en société pour reprendre l’activité. C’est pourquoi, prenant acte des recommandations de cette journée de réflexion, le Conseil des ministres a, d’une part, prononcé la dissolution de la société et, d’autre part, autorisé le paiement des dettes sociales et la cession au personnel, au franc symbolique, des actifs sains de la société. Ainsi, des cendres de la Smtp naîtra une nouvelle société exempte de tout passif et dont les employeurs seront les actionnaires. La décision du Conseil n’est que la traduction dans les faits des recommandations de la journée de réflexion, Elle dévoile une fois de plus l’efficacité de la gouvernance Talon, car c’est bien penser d’avoir organisé avec les acteurs une journée de réflexion prospective pour esquisser l’avenir de cette société devenue moribonde. Ce plan social innove et donne une autre chance aux employés de cette société de reprendre leur destin en main et de le bâtir ou le réorienter.

 

Une nouvelle forme de gestion

 

En prenant cette mesure, le président Talon vient de démontrer un principe de gestion qui pourrait amener les employés à s’éduquer à être acteurs, contributeurs et actionnaires de leur unité de production pour œuvrer à sa saine gestion. Ces derniers doivent prendre conscience de l’enjeu pour travailler à la viabilité et la durabilité de la nouvelle entité afin que cet exemple fasse école. En plus de la cession de l’outil, ce type de plan social permettra au personnel de la Smtp de bénéficier de la part du gouvernement le paiement d’au moins 5 mois d’arriérés de salaire pour leur permettre de constituer le capital de la nouvelle société. Faut-il le rappeler, ces outils ont été déjà amortis et le gouvernement n’est pas qualifié à jouer à qui veut engranger des bénéfices en mettant en vente ces équipements. Alors, il a logiquement préféré tabler sur une nouvelle expérience pour les agents en leur offrant cette opportunité. Cette nouvelle forme de dissolution est différente des cas antérieurs de cessation d’activités qu’on avait connus dans d’autres sociétés. Ici, l’objet social de la société reste pertinent en raison de l’importance des infrastructures de transport dans la politique de développement du pays, et de la nécessité de disposer du matériel pour intervenir à temps sur le réseau routier pour des travaux d’intérêt national en cas de besoin. Le personnel de la Smtp et leurs familles pourront donc passer les fêtes de fin d’année sans la torture de lendemains incertains. Cet esprit de responsabilité du chef de l’Etat et son équipe est à saluer, car ils ont pris le soin d’apurer les arriérés de salaires accumulés avant d’opter pour ce qu’on peut qualifier de cerise sur le gâteau pour ses employés et leurs familles. Au fil du temps, on comprend de mieux en mieux la maestria du président Talon, notamment son management et son ambition pour le pays et ses fils.

 

  1. I. A.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here