Politique nationale 2019-2030 de sécurité routière:L’avant-projet du document validé par les acteurs

    0
    862

    Après la validation de l’avant-projet de loi sur le Code de la route, les acteurs des transports et de la sécurité routière au Bénin ont validé le jeudi 29 août 2019 à l’Infosec, le document de politique nationale de sécurité routière. C’était en présence de professionnels et cadres de la sécurité routière, des transports, de la justice, de la planification et des représentants de la société civile.

    Elaboré grâce à l’appui financier de Handicap international (Hi) et de la coopération belge au développement, le document de politique nationale de sécurité routière validé par les acteurs de la sécurité routière va permettre aux pouvoirs publics d’avoir les outils nécessaires pour rendre ses actions plus efficaces. Ils pourront donc être amenés à modifier leur politique, à y mettre fin ou à la généraliser. Pendant l’atelier qui a consacré la validation de l’avant-projet, le directeur du Centre national de sécurité routière, Aubin Adoukonou, a réaffirmé qu’en dehors des outils qui seront mis à la disposition des pouvoirs publics, le document a le mérite d’aider à la dynamisation des organes décisionnel et exécutif et à l’amélioration de la prise en charge des accidentés de la route. Il va aussi favoriser le renforcement d’une culture du comportement de sécurité routière.  Selon le coordonnateur pays de Hi, Just Klotoé, l’importance de l’élaboration de ce document pour la sécurité routière n’est plus à démontrer. Il est une nécessité pour le Bénin afin de redresser la tendance des accidents de la route à l’horizon 2030 et s’inscrit dans la vision du « projet sécurité routière » de cette organisation humanitaire dont le but est d’améliorer la situation des usagers de la route à travers une gestion efficace de la sécurité routière au Bénin. Pour le représentant du ministre des Infrastructures et des transports, Urbain Tchiakpè, « les routes béninoises tuent en moyenne deux personnes par jour et près de 750 chaque année. Cette catastrophe rend compte au plan mondial de plus de 3.000 tués. Pour les jeunes de 15 à 29 ans, les accidents de la route sont la première cause de décès. Il faut donc des actions concrètes pour endiguer le phénomène qui risque de prendre d’ampleur les années à venir ». Cet atelier est donc une aubaine, apprécie-t-il, et fait suite aux précédents organisés en divers lieux afin d’asseoir un document devant permettre au Bénin de mettre en œuvre les actions de sécurité routière de façon coordonnée avec des résultats durables. Il y a eu d’abord, rappelle-t-il, l’atelier diagnostic organisé il y a quelques mois et qui a permis aux consultants de dresser un panorama de la situation d’insécurité routière au Bénin en lien avec la sinistralité routière dans le monde. Ensuite, les ateliers de pré-validation. Au total, Urbain Tchiakpè a noté que le processus pour permettre au pays de réagir favorablement à la problématique de la sécurité routière est mis en route et le reste ne serait plus qu’une question de temps.

     

    Un cadre de référence

     

    Le document de politique nationale de sécurité routière du Bénin est le cadre de référence dans lequel s’insèrent toutes les initiatives de la sécurité routière durant les 11 années de sa mise en œuvre. Il contient les orientations  stratégiques qui serviront d’appui aux ministères, aux collectivités territoriales, aux secteurs privés, aux Ong et aux Ptf pour la formulation de leurs programmes sectoriels ou thématique de développement en y intégrant la dimension des Objectifs de développement durable et du Plan d’action de la décennie mondiale de la sécurité routière. Il se base sur quatre orientations stratégiques que sont : la dynamisation des organes décisionnel et exécutif, le renforcement du management stratégique des services, la promotion d’un environnement technique sécurisé, le renforcement d’une culture du comportement de sécurité routière, l’amélioration de la prise en charge des accidentés de la route, l’amélioration de la prise en charge des accidentés de la route et le développement du partenariat avec le secteur privé et les Ong. Avec ce nouveau document, le Bénin ouvre une nouvelle page de la gestion de la sécurité routière. Il faut souligner que grâce à l’appui technique de la Banque mondiale, le Bénin a lancé aussi le processus d’élaboration de sa stratégie nationale de sécurité routière.

     

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here