Pour avoir brûlé sa femme:Ghislain Desso Gnanguènon écope la perpétuité

0
2042

L’accusé à la barre le lundi 6 mai 2019 pour le compte de la session du Tribunal de Cotonou statuant en matière criminelle se nomme Ghislain Desso Gnanguènon dit ‘’ Bosco’’.Il  a mis le feu à sa femme qui a succombé des suites des brûlures. Il est condamné à finir ses jours en détention.

Il n’a que 35 ans, mais il ne connaîtra plus les délices de la liberté. Sa vie sur terre sera passée derrière les barreaux. Le Président de céans, Michel Adjaka, et son collège  de 4 juges en sont venus à cette conclusion après de longues auditions et débats. De quoi retourne le dossier de ce jeune homme ? Au petit matin du 31 juillet 2016, le voisinage a été saisi par les cris de détresse de la compagne de l’accusé, la nommée Leonida Capo-Chichi. Brouillée par les gémissements de cette dernière,  une de ses colocataires a ouvert la porte de sa chambre et vit l’horreur. Dame Leonida tout en feu, débattait impuissante. Tout le voisinage s’est porté à son secours et à l’aide d’eau a réussi à éteindre le feu mais l’irréparable était déjà fait. La victime avait déjà une brûlure grave de 2 ème et 3 ème degrés. Évacuée aussitôt à l’hôpital Saint Luc, dame Leonida a été référée au Centre national hospitalier et universitaire Hubert Koutoukou Maga (Cnhu- Hkm) où elle rendît l’âme.

 

Qui a bien pu réussir cette horreur ? Difficile de le savoir mais c’est son époux avec qui elle vit depuis deux ans. Ghislain Desso Gnanguènon a pris un demi-litre d’essence au bord de la voie, a aspergé sa compagne et a  mis le feu. Après l’acte, il a quitté la maison et a disparu. A la suite du drame, les voisins de la victime ont appelé la mère de la victime qui l’a conduite à l’hôpital. Sur le chemin, celle-ci a eu la  force de confier à sa mère que l’accusé lui a imposé ce supplice parce qu’elle a refusé d’entretenir des rapports intimes avec lui. La raison de son refus est justifiée par l’opposition de son époux  de lui donner les raisons de la tache de sang sur son habit. À la barre le lundi, l’accusé a tenté de se défendre en trouvant un exutoire assez complexe. Il a déclaré que ce jour-là, son épouse est venue à la maison en compagnie d’un homme avec qui, il soupçonnait d’entretenir des relations parallèles. Alors qu’il était couché, l’homme est entré et l’a sommé de quitter la chambre pour qu’il s’occupe de sa femme dans le lit conjugal. C’est alors que lui « Bosco » a pris la décision d’acheter de l’essence et brûler non pas sa femme mais son rival. Il est donc sorti, a pris sa moto, s’est procuré du liquide inflammable, a aspergé la moustiquaire sans prendre la peine de savoir si c’est sa femme qui est sur le lit et a jeté la cigarette sur la moustiquaire qui a pris feu. Après l’acte, il a déclaré qu’il est parti. « Avant d’aller prendre l’esssence j’ai dit que Dah Houawé parlerait de nous », a-t-il laissé entendre à la barre. Pourquoi Ghislain a brûlé sa femme ? ‘’ C’est la passion. « Je ne sais pas ce qui m’a pris. », a-t-il déclaré visiblement perturbé Après son forfait, il est allé se réfugier à Djègbadji chez son père. La police n’a pu l’interpeller, il a réussi à se perdre dans l’eau, car il savait nager. Il sera finalement arrêté à Cotonou

 

Un personnage en conflit avec la norme

 

Ghislain est Docker de profession. Il a vécu une enfance difficile avec une famille éclatée. Habitué aux bagarres et petits vols, il a été très tôt envoyé à un centre de sauvegarde de l’enfance et  de l’adolescence où il a séjourné pendant 7 ans. En 2012, il a passé 24 mois en prison pour une affaire de bagarre. A sa sortie de prison, il s’est reconverti en Docker au Port autonome de Cotonou (Pac). C’est alors qu’il a rencontré dame Léonida qu’il a aimée. Cependant sa vie de couple ne l’a pas changé outre mesure, car Ghislain est resté le jeune homme nerveux qui s’essayait aux petits vols en ses temps perdus. C’est cet homme qui est finalement devenu l’époux de Léonida elle était serveuse dans un bar. Au cours de sa déposition, l’accusé a reconnu qu’il prend de la drogue pour exercer son activité de Docker et qu’il fume également.

 

La perpétuité

 

Au cours de ses réquisitions, le représentant du Ministère public, Antoine Abévi, a retenu le crime de meurtre au regard des dispositions des articles 468 et 480 Al 3 du code pénal et demandé qu’on le condamne à la réclusion criminelle à perpétuité. L’avocat de l’accusé, Marcaire Adossou, a plaidé coupable et demandé à la Cour de réduire la peine. Au terme des débats, le tribunal a retenu le crime d’assassinat, car l’acte est prémédité. Il a condamné Ghislain à la réclusion criminelle à perpétuité au regard des articles 469, 475-467 du code pénal.

 

HA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here