Pour une agriculture résiliente aux changements climatiques:La feuille de route du Ciracc en élaboration

0
3573

Lors de la 22ème Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations-unies sur les changements climatiques, à Marrakech au Maroc, en novembre 2016, le Chef de l’Etat béninois, Patrice Talon, a souhaité voir son pays abriter un Centre national de recherche en vue de répondre aux conséquences des changements climatiques sur l’agriculture sur le continent africain. Dans cet objectif, il est organisé depuis mardi 16 avril 2019 à Cotonou, un atelier d’échanges et de partage d’informations, afin d’élaborer  la feuille de route devant servir de boussole pour la création du Centre international de recherche pour une agriculture résiliente aux changements climatiques (Ciracc) au Bénin. L’atelier  permettra, entre-autres, de discuter autour des différentes avancées réalisées en vue de répondre au vœu du chef de l’Etat ; et de valider le projet de communication relatif à l’opérationnalisation du Ciracc en Conseil des ministres. En effet, au cours de juin 2018, un consultant a été recruté pour collecter les données aux fins de justifier de la création du centre. Par ailleurs, les différents documents devant retracer l’originalité ainsi que les opportunités du centre pour les autres pays d’Afrique ont été élaborés et finalisés. C’est pourquoi, à l’ouverture de l’atelier,  le Directeur général de l’environnement et du climat (Dgec), Martin Pépin Aïna, a rappelé que  la création du Ciracc est d’autant plus urgente que l’Afrique subsaharienne est la région affichant la prévalence en sous-alimentation la plus élevée et les rendements agricoles les plus faibles au monde. Or, poursuit-il, les changements climatiques ne feront qu’exacerber la baisse de la productivité agricole et intensifier la vulnérabilité des populations rurales notamment les petits exploitants. Pour le Dgec, en cas d’inaction, il ne sera pas possible de réaliser le Programme de développement  durable, notamment l’objectif faim-zéro et la lutte contre les changements climatiques d’ici à 2030. « Il s’avère donc important de promouvoir la recherche scientifique et technique et d’innover, afin de booster la production agricole dans le contexte des changements climatiques sur le continent », a-t-il déclaré.

JPM

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here