Première édition du festival « Tipèhinti»:Trois jours de réjouissances intenses

0
6326

Du 14 au 16 décembre 2018, la ville de Tampégré dans la commune de Toucountouna (Natitingou) a vibré aux rythmes des chants et danses populaires du peuple Otammari. Ces journées de réjouissances entrent dans le cadre de la première édition du festival de chants et danses populaires du peuple Otammari, « Tipèhinti ».

« Un peuple sans culture est un peuple sans âme ». C’est fort de cette assertion que sous l’impulsion de Jonas N’da, Administrateur du festval, il a été organisé la première édition du festival de chants et danses populaires du peuple Otammari « Tipèhinti 2018». Pendant 72 heures, la population s’est égayée en compagnie d’une centaine de festivaliers conviés pour la circonstance. Ils ont eu droit non seulement, à plusieurs tableaux faits de chants et danses d’origine Otammari, mais aussi à la gastronomie. Différents mets ont été dégustés. Pour le coordonnateur du festival, Jonas N’da, ce festival est une occasion pour se plonger dans les réalités cultuelles, culturelles et traditionnelles du peuple Otammari.



« Je suis content qu’une ancienne tradition de notre localité revoit le jour sous l’impulsion de jeunes engagés pour la cause culturelle », a-t-il déclaré. Appréciant le bien-fondé de cette fête de la musique populaire, Télesphore Sékou Nassikou, de la Commission nationale linguistique Otamari, a annoncé la présence de toutes les ethnies à la prochaine édition du festival. Le maire de Natitingou et celui de Toucountouna ont exhorté la communauté a joué sa partition pour accompagner le gouvernement dans ses efforts de promotion de la culture et du tourisme. Pour sa part, Erneste Houssou, Représentant du ministère du Tourisme, de la culture et des sports, a indiqué que le gouvernement a décidé de faire de la culture un pilier phare de son programme d’actions.



Ce qui justifie a-t-il expliqué, le soutien du Fonds des arts et de la culture. Il a par la suite souhaité que tout le Bénin se déplace l’année prochaine vers Tempégré pour découvrir les richesses culturelles de cette localité.

Mohamed Yasser Amoussa (Stag)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here