Première session ordinaire 2020 de l’Assemblée nationale:Une faible production législative

0
766

Le président de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou, a clôturé lundi 6 juillet 2020, la première session ordinaire de l’année. Comme l’exige la tradition, la moisson en termes de production législative a été présentée par la deuxième personnalité de l’Etat. Il ressort de son exposé que les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs à cause de la crise sanitaire.

Après trois mois de travaux, le président de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou, a clôturé dans la nuit du lundi 6 juillet 2020, les travaux de la première session ordinaire de l’année 2020. A cette occasion, la deuxième personnalité de l’Etat a déploré la faible production législative liée à la pandémie du Coronavirus. Au total, 9 lois ordinaires, une deuxième lecture et trois ratifications ou adhésions de convention ont été examinés par les députés. Il s’agit de la loi n°2020-08 portant modernisation de la justice ; de la loi n°2020-09 portant mission, organisation et fonctionnement du Haut commissariat à la prévention de la corruption en République du Bénin; de la loi n°2020-13 portant interprétation et complétant la loi n°2019-43 du 15 novembre 2019 portant Code électoral ; de la loi n°2020-14 modifiant et complétant la loi n°2017-41 du 29 décembre 2017 portant création de la Police républicaine ; de la loi n°2020-15 portant modification et complément de la loi n°20-016 du 18 juin 1990 portant création des forces armées béninoises; de la loi n°2020-16 portant portant Statut spécial du personnel de la Police républicaine; de la loi n°2020-17 portant Statut spécial du personnel des douanes en République du Bénin; de la loi n°2020-18 portant Statut spécial des personnels des forces armées béninoises ; et de la loi n°2020-19 portant statut spécial du personnel du corps des eaux, forêts et chasse en République du Bénin. Aussi, les élus du peuple ont-ils procédé, à la deuxième lecture de la loi n°2020-4 portant régime juridique, fiscal et douanier applicable au projet de pipeline d’exportation d’hydrocarbures Niger-Bénin. Enfin, trois ratifications et adhésion ont été faites. Il s’agit de la loi 2020-11 portant adhésion à la convention de 1968 sur la signalisation routière, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 8 novembre 1968, de la loi n°2020-10 portant autorisation d’adhésion à la convention des Nations Unies sur la circulation routière adoptée à Vienne le 8 novembre 1968 et la loi n°2020-12 portant autorisation de ratification de la Charte africaine sur la sécurité routière, adoptée à Addis-Abéba (Éthiopie) le 31 janvier 2016. Quant au contrôle de l’action gouvernementale, l’Assemblée nationale n’a connu l’examen d’aucune question d’actualité ni orale. Egalement, aucune interpellation n’a fait l’objet de débat.

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here