Préservation de la paix en période électorale:Les recommandations de Djogbénou aux membres de la Cbdh

0
845

Le Bénin s’apprête à aller aux urnes dans le cadre de l’élection présidentielle de 2021. A quelques mois de cette échéance fatidique, le président de la Cour constitutionnelle a invité les membres de la Commission béninoise des droits de l’homme (Cbdh) à faire de la promotion et de la protection des droits de la personne leur cheval de bataille. Maître Joseph Djogbénou a fait cette recommandation, lundi 21 septembre 2020, à l’occasion d’un atelier de formation des membres de la Cbdh sur l’évaluation des droits de l’homme en période électorale. « Il est important que pendant cette période qui s’ouvre, la Cbdh s’institue en observateur particulier et spécifique de la jouissance par les citoyens de leurs droits spécifiques autant que de leurs droits plus généraux en termes des droits individuels et des droits collectifs », a déclaré le président de la Cour constitutionnelle. « Vous allez chercher la lumière qui éclaire parce que nous entrons dans un cheminement auquel nous sommes habitués, certes et au bout duquel, comme nous en avons déjà l’habitude, nous espérons la paix », a-t-il poursuivi. Dans ce processus, le président de la Cour constitutionnelle a indiqué que l’institution dont il a la charge ne ménagera aucun effort en vue de contribuer à une compréhension et une appréhension non seulement des citoyens mais également des autres institutions de la République à l’importance des droits de la personne en période électorale.

« Il est important, pendant cette période qui s’ouvre, que la Commission s’institue en observateur particulier »

« Mes premiers mots sont des remerciements à l’endroit des associations présentes à cette formation d’avoir anticipé au profit de la Commission béninoise des droits de l’homme, mais à travers la Commission des droits de l’homme, au profit de celles et ceux qui assurent, je dirai, la police citoyenne de la vie démocratique en ce qui concerne les droits de la personne. Je note évidemment, en deuxième lieu, que cela s’adresse à la Commission béninoise des droits de l’homme, institution nationale des droits de l’homme ayant son fondement dans la loi, étant donc délégataire du législateur et, au-delà, du peuple pour assurer cette veille à la fois de la promotion et de la protection des droits de la personne. Il est important, pendant cette période qui s’ouvre, que la Commission béninoise des droits de l’homme s’institue en observateur particulier, spécifique de la jouissance par les citoyens de leurs droits spécifiques autant que leurs droits généraux en termes des droits individuels et les droits collectifs. C’est donc un deuxième élément de satisfaction en même temps d’encouragement, parce que, qui recueille, qui reçoit a pour mission de délivrer. Et je veux, à l’occasion de cet atelier, que ce qui sera donné, ce qui sera reçu, sera transmis. Je veux espérer qu’à l’occasion de cet atelier, ce qui sera retenu sera pour le meilleur, avec rigueur, partagé et contribuera, en tout cas, en ce qui concerne la Commission des droits de l’homme, au renforcement de sa capacité dans la période qui s’ouvre. Troisième et dernier élément de satisfaction, c’est au fond, le processus électoral que, par la meilleure manière que vous enclenchez, vous allez chercher la lumière qui éclaire, parce que nous entrons dans un cheminement auquel nous sommes habitués, certes, et au bout duquel, comme nous en avons déjà l’habitude, nous devons espérer à la fin qu’il n’y aura que la paix. Donc, ce processus que vous enclenchez de la meilleure des manières, nous appelons les uns et les autres à vous suivre. La Cour constitutionnelle contribuera, en ce qui la concerne, à ce que l’acte majeur que vous avez posé dans le sens de la compréhension, de l’appréhension des droits de la personne en période électorale puisse faire l’objet de l’appropriation la plus pertinente par l’ensemble de nos concitoyens ».

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here