Programme présidentiel pour sortir 8000 jeunes du chômage:Avantages, modalités et conditions d’adhésion au Psie

0
1258

Le Programme spécial d’insertion des jeunes dans l’emploi (Psie) était au cœur de l’émission hebdomadaire de la télévision nationale « L’invité du dimanche », hier 21 juin 2020. Les invités, Charlemagne Lokossou, coordonnateur dudit programme ; Achille Houssou, chef département appui et suivi des projets du Bureau d’analyse et d’investigation (Bai) ; et Urbain Amégbédji, directeur général de l’Agence nationale pour l’emploi (Anpe) ont passé en revue aussi bien pour les candidats à l’emploi que pour les entreprises, les avantages, modalités et conditions d’adhésion à ce programme présidentiel qui ambitionne à terme, sortir 8000 jeunes du chômage sur 50 ans.

Charlemagne Lokossou : «Le Psie est un

programme d’insertion par l’activité économique»

Le programme d’insertion dans l’emploi des jeunes diplômés initié par le gouvernement donne l’impression d’une nouvelle facilité d’accès à l’emploi. Mais, il a fallu l’intervention de Charlemagne Lokossou, coordonateur du Programme spécial d’insertion des jeunes dans l’emploi (Psie) dimanche 21 juin 2020 sur la télévision nationale, pour que les jeunes béninois soient situés. « C’est un programme d’insertion par l’activité économique. Ce n’est pas un programme social. Entendons-nous clairement là-dessus. Ce n’est non plus pour doper la présence des jeunes dans les entreprises qu’ils aillent travailler ou pas. C’est une facilité économique que le gouvernement a décidé d’offrir aux entreprises », a clarifié l’invité de Prévert Noutéhou. A ses dires, si une entreprise ne demande pas des candidats, le Psie ne peut pas en sélectionner pour lui en proposer. « La différence avec les autres programmes est que la demande part des entreprises alors que dans les anciens programmes, c’est l’Etat qui proposait aux entreprises des jeunes qu’il avait sous la main. Donc, nous avons inversé le paradigme », a expliqué Charlemagne Lokossou. Revenant sur l’étude du marché des besoins des entreprises, il a fait savoir que 14 grandes familles d’emplois où les besoins sont vacants ont été identifiées. Ces 14 familles d’emplois ont généré 48 emplois génériques autour desquels 480 types de postes ont été bâtis pour 2000 jeunes à insérer par an et sur une période de 5 ans.

Achille Houssou lève le voile sur le Psie

Le gouvernement béninois, dans sa politique du développement économique et social positionne le secteur privé comme maillon de création de richesses et d’emplois. A cet effet, il a initié le Programme spécial d’insertion des jeunes dans l’emploi (Psie) qui se chargera de mettre à disposition des entreprises publiques et privées des compétences avérées. Pour lever un coin de voile sur le fonctionnement de ce Programme qui reste encore ambigu dans la tête des Béninois, Achille Houssou, économiste et chef département Appui et suivi des projets du Bureau d’analyse et d’investigation (Bai) était l’un des invités de l’émission « L’invité du dimanche » 21 juin 2020 sur la chaîne de télévision nationale.  « Il y a beaucoup de jeunes diplômés qui sortent des universités et qui ne peuvent pas occuper les postes qui sont ouverts dans les entreprises. Ce programme permet à travers des mesures qui sont prises, de préparer ces dernier pour qu’ils puissent y entrer et travailler facilement. Car, après la présélection, ils bénéficieront d’une formation. Donc, c’est un programme qui s’adresse prioritairement aux entreprises pour le bénéfice des jeunes », a-t-il confié au cours de l’émission qui a pour thème : « Mieux comprendre le Programme spécial d’insertion des jeunes dans l’emploi ». Selon l’invité, le gouvernement entend employer d’ici cinq ans, 500.000 jeunes béninois. « A travers les grands chantiers lancés dans les 77 Communes, on note bien qu’il y a des postes qui sont ouverts, mais qui ne sont pas pourvus. Aujourd’hui, les entreprises,  compte tenu du retard que nous avons connu dans le pays, ont la capacité de recruter », a-t-il expliqué. Toutefois, a précisé l’économiste, l’intervention du gouvernement permettra non seulement aux entreprises d’embaucher plus de jeunes, mais elle vise également à structurer le marché de travail face aux demandes des entreprises qui ne sont pas satisfaites à cause de l’inadéquation entre la formation des demandeurs d’emploi et les postes à pourvoir. Achille Houssou n’a pas manqué de souligner que le problème fondamental des jeunes est celui du sous-emploi qu’il faut régler. « Cela se voit dans les entreprises où des gens travaillent, mais ils n’ont pas de contrat. Des gens travaillent, c’est assimilable à l’informel », a-t-il laissé entendre.

Modalités et conditions d’adhésion

Le Psie englobe toute l’étendue du territoire national. Il prend en compte tous les secteurs et branches d’activités à fort potentiel d’emplois révélés par l’analyse du marché du travail tels que l’agriculture, l’industrie de transformation de produits agricoles, les Tics, la production de matériaux de construction, les énergies renouvelables, l’assainissement, l’aménagement, le textile et la confection, les services (tourisme, hôtellerie, restauration, microfinance ..). Les jeunes bénéficiaires du programme seront placés dans les entreprises pour une durée de deux années entières et consécutives. Le coût global du Psie est estimé à 38.662.625.117 FCfa, entièrement financé sur le budget national. Il permettra d’impacter 8 000 bénéficiaires sur cinq (05) ans (2020-2024) au cours desquels l’Etat s’engage à prendre en charge le paiement à 100% des salaires et charges associées des employés bénéficiaires du programme (salaire de base, accessoires et charges sociales) pendant un (1) an correspondant aux douze (12) premiers mois d’immersion en entreprise. Au cours de la seconde année, la prise en charge par l’Etat sera partielle à travers le paiement par ce dernier des charges sociales et fiscales (Vps, Ipts et Cnss) au titre des salaires des allocataires dont il bénéficie. L’entreprise bénéficiaire quant à elle, paye les salaires nets aux allocataires. L’Etat va apporter, tout au long de la période d’immersion (avant, pendant et après), un accompagnement aux bénéficiaires pour le développement personnel et professionnel nécessaire à une meilleure autonomisation et une bonne intégration sur le marché du travail. Il assurera aussi le suivi du déroulement du programme. La grille de rémunération salariale retenue est alignée sur les meilleures pratiquées par le secteur privé pour les postes équivalents selon le Directeur général de l’Anpe, Urbain Amégbédji. Elle se présente comme suit : 100.000 FCfa pour les titulaires d’un Bac professionnel, 150.000 FCfa pour le niveau Bac + 2, 175.000 FCfa pour les Bac +3/4. Le niveau Bac+5 sera rémunéré à 250.000 FCfa. Pour être éligible au programme, tout candidat doit remplir les conditions suivantes : être de nationalité béninoise, être âgé de 18 à 40 ans au 31 décembre de l’année de la demande, être immédiatement disponible. Les diplômes requis sont le Bac professionnel, le Bts ou le Dut, la Licence professionnelle ou Dts, le Master ou Ingénieur. Il faut surtout s’inscrire sur la plateforme digitale du Psie à savoir : www.psie.bj. Les inscriptions pour le compte de l’année 2020 vont s’ouvrir le 1er juillet 2020.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here