Projet Gizmac:La planification spatiale marine objet d’un atelier à Cotonou

0
4043

Depuis le mardi 19 mars 2019, et ce, pendant deux jours, se déroule à Cotonou, un atelier sur la mise en œuvre de la planification spatiale marine au Bénin. Le but de cet atelier est d’échanger avec les parties prenantes et les cadres des différentes structures impliquées dans la gestion des écosystèmes marins et côtiers sur le processus conduisant à une meilleure planification spatiale marine. En effet,  du  fait de son importance socio-économique et écologique,  la zone côtière subit des pres-sions liées à l’accès aux ressources foncières. Les côtes béninoises abritent, en effet,  un patrimoine riche et varié qui procure des ressources à la base de diverses activités économiques : pêche, agriculture, tourisme, cultures maraichères, exploitation artisanale. Il en résulte une surexploitation qui  contribue à fragiliser les éco-systèmes marins,et engendre une dégradation des habitats côtiers dont les plages, les cordons dunaires, les zones humides, et mangroves.  A l’ouverture de cet atelier, Faustine Coovi Sinzogan, Point focal Convention d’Abidjan, a rappelé que le Bénin compte renforcer ses instruments de gouvernance conformément aux orientations de la Convention d’Abidjan. Cela, afin de  mieux faire face aux défis actuels de l’environnement  marin et côtier et de prendre en compte la complexité du littoral tant sur le plan physique que sur le plan de la gestion et de la gouvernance. « Cela justifie la mise en œuvre du projet Gizmac », a déclaré, à sa suite,  le Directeur géné-ral de l’environnement et du climat (Dgec), Martin Pépin Aîna. Pour lui, le projet est dans sa phase active, et c’est ce qui justifie la tenue de l’atelier. « Il s’agit d’une part, de promouvoir  une gestion intégrée de l’espace et des ressources, prenant simul-tanément compte des enjeux terrestres et marins, naturels économiques et sociaux d’une zone littorale définie comme  territoire cohérent de réflexion et d’action, et d’autre part, d’œuvrer pour la sécurisation de l’écosystème marin et côtier, en renforçant les capacités nationales pour une gestion intégrée des océans et à l’amélioration de la conservation des écosystèmes marins et celle de la biodiversité », a-t-il ajouté.

 

AT

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here