Promulgation de la loi portant amnistie:Un nouvel acte fort en faveur de la décrispation  

0
915

Les auteurs ou coauteurs des faits criminels, délictuels et contraventionnels lors des élections législatives d’avril 2019 sont libres de leurs mouvements depuis le vendredi 8 novembre 2019. Leur mise en liberté ordonnée par le Procureur de la République près le Tribunal de première instance de Cotonou, Mario Mètonou, a été conditionnée par la promulgation de la loi portant amnistie le jeudi 7 novembre 2019. Il s’agit d’un nouvel acte fort qui vient confirmer la volonté du président de la République de décrisper le climat sociopolitique.

Le chef de l’Etat ne cesse de prouver sa bonne foi à décrisper le climat sociopolitique depuis la clôture des assises du dialogue politique le 12 octobre 2019. Après l’adoption de la loi portant amnistie le 31 octobre 2019 et sa déclaration de conformité à la Constitution le 6 octobre 2019, un autre pas décisif pour l’apaisement et la baisse de la tension politique a été posé par Patrice Talon le 7 novembre. Apôtre de la paix, le chef de l’Etat a promulgué la loi portant amnistie des faits criminels, délictuels et contraventionnels commis lors des élections législatives d’avril 2019. La conséquence directe de cet acte régalien est la libération, vendredi 8 novembre 2019 des personnes impliquées. 63 au total, elles ont retrouvé leurs familles respectives après plus de 6 mois passés en milieu carcéral. Leur mise en liberté par le gardien chef de la maison d’arrêt de Cotonou fait suite aux instructions que ce dernier a reçues du Procureur de la République près le Tribunal de première instance de première classe de Cotonou. En effet, se référant à la promulgation de la loi portant amnistie par le premier magistrat, jeudi 7 novembre 2019, Elomn Mario Mètonou est passé à l’acte seulement 24heures après. Il a prononcé la libération sans condition. Cette décision saluée par les Béninois en général et les acteurs politiques en particulier tombe à pic. Elle vient consacrer l’une des recommandations du dialogue politique initié par chef de l’Etat du 10 au 12 octobre 2019. Ce rendez-vous de la Salle bleue du Palais des congrès avait formulé, plusieurs mesures d’apaisement. Il s’agit entre autres de l’implication de tous les partis politiques enregistrés dans le processus de surveillance des opérations électorales et la libération des personnes détenues dans le cadre des événements liés aux législatives du 28 avril 2019. Le Bénin étant un Etat de droit, la condition pour l’effectivité de la volonté des délégués était l’adoption, la déclaration de constitutionnalité et la promulgation de la loi. Toutes ces étapes étant franchies, le Procureur de la République n’avait de choix que de prononcer la mise en liberté des concernés. En agissant ainsi, Mario Mètonou crédite le gouvernement qui était attendu sur la mise en œuvre de cette recommandation du dialogue politique. Pour rappel, le parti Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) était parti pour ne pas participer au dialogue politique tant que la question de libération des détenus n’était pas réglée. Mais au dernier moment, les responsables se sont ravisés en prenant la sage décision de marquer de leur présence les assises et de peser de leur poids pour que le préalable soit inscrit dans le rapport.

 

Talon, le respect de la parole donnée

 

A l’ouverture comme à la clôture du dialogue politique, Patrice Talon avait manifesté son souci permanent d’associer les acteurs politiques à la recherche des compromis aux questions politiques essentielles, notamment électorales, dont la résolution est indispensable à la cohésion et à la marche du Bénin vers le progrès. Mieux, il avait aussi promis de faire apprécier de façon attentionnée au gouvernement les propositions formulées par les délégués pour leur traduction en actes. Cette promesse a été suivie de faits concrets. L’un d’entre eux, est la mise en liberté des détenus ordonnée par le Procureur de la République Mario Mètonou. Comme quoi, quand Talon dit, il le fait toujours.

 

 Serge Adanlao

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here