Publication du calendrier électoral:La Céna actionne tous les acteurs

0
4619

La Commission électorale nationale autonome (Céna)  donne le top d’un processus qui conduira à l’élection des nouveaux représentants du peuple. Tel un arbitre pose le ballon au centre et lance les équipes, la Céna en rendant public le calendrier électoral met en branle les formations politiques en lice qui peuvent démarrer l’échauffement.

Ça y est! Le cuir-rond est lâché pour le duel à mort entre les  équipes de la majorité présidentielle et de l’opposition. Le combat politique est lancé à travers la publication par la structure autonome en charge de l’organisation des élections du calendrier. A partir de maintenant, chaque minute compte pour les acteurs en présence qui doivent s’armer pour ne pas être surpris. Il est vrai que la pré-campagne et la campagne sont encore un peu loin, mais les acteurs politiques en présence savent déjà que le coup d’envoi est donné et ils doivent s’armer résolument. Le premier niveau d’armement, c’est la mise à jour des potentiels candidats qui seront positionnés sur les listes respectives  des partis politiques. La confection des dossiers de candidature au regard des nouvelles directives du Code électoral et de la loi portant  charte des partis politiques est le premier niveau de confrontation entre les partis politiques.

Il n’échappera  pas à l’opinion qu’au cours  des précédentes élections législatives, des partis politiques continuaient toujours de compléter des listes même à quelques minutes de la clôture des listes à la Commission électorale nationale autonome (Cena). Ces preuves  d’inorganisation expressive qui a cours par le passé risque de coûter sérieusement cette fois-ci aux partis indélicats en raison  des réformes politiques actuelles. La question du quitus fiscal, la constitution des cautions et plusieurs autres critères stricts édictés par les présents textes doivent être respectés par ces partis au risque de subir la rigueur de la loi. Les partis se doivent donc de veiller à ce que les listes qu’ils confectionnent soient  »sans tache » avec des dossiers à jour.

Ce préalable est nécessaire, car à cette phase, l’arbitre n’hésitera pas à attribuer des cartons rouges à des candidats indélicats dont les dossiers seront incomplets. L’autre niveau  de compétition reste celui de l’ancrage politique. Avec la publication du calendrier électoral, les partis en lice sont désormais face à une forte pression du temps politique. Ce temps qui est précieux et qui ne se rattrape presque jamais les marque à la culotte désormais. Les états-majors des partis sont en état d’alerte maximale pour ce  qui est du quadrillage stratégique  du terrain. Pour sa part, l’arbitre a déjà défini le temps de jeu ainsi que les tournants majeurs. Il ne reste qu’aux partis de s’aguerrir pour que le match soit plaisant et que les potentiels  locataires de l’hémicycle 8ème législature  soient identifiés au soir du 28 avril.

 

Abdourhamane Touré

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here