Ratification des principaux éléments dans le cadre de l’énergie atomique:Le Bénin est le premier pays au monde

0
1435

(Une reconnaissance du Dg de l’Aiea à la 63ème conférence générale)

La 63ème Conférence générale de l’Agence internationale de l’énergie atomique (Aiea) s’est tenue à Vienne, la capitale autrichienne, du 16 au 20 septembre 2019. La délégation béninoise, conduite par le ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin, a participé aux débats, et a présenté les différents instruments ratifiés par le pays dans le cadre de l’énergie atomique. Ces efforts ont fait du Bénin, le premier pays au monde à avoir ratifié autant d’accords.

Le chef de la délégation béninoise, Benjamin Hounkpatin, a procédé, en marge de la 63ème Conférence générale de l’Agence internationale de l’énergie atomique (Aiea) à la remise officielle de 13 instruments de ratification et d’adhésion du Bénin aux conventions, accords et protocoles de l’Aiea. Il s’agit, entre autres, de la ratification du Protocole additionnel de l’accord relatif à l’application des garanties dans le cadre du traité de non-prolifération des armes nucléaires et le protocole relatif aux petites quantités de matières nucléaires. La remise desdits documents au Directeur général par intérim de l’Aiea, Cornel Feruta, traduit la volonté du gouvernement du président Patrice Talon à s’engager dans une coopération avec l’agence internationale. Cornel Feruta a félicité le Bénin qui a réussi à ratifier tous les principaux instruments de l’Aiea. Il confirme que, ce faisant, « le Bénin est le premier pays au monde » à avoir sacrifié, à la fois, à autant d’exigences. Ce record sans précédent ouvre la voie à plusieurs accompagnements sollicités et obtenus par le chef de la délégation, lors de son plaidoyer.

 

Le plaidoyer de Benjamin Hounkpatin

 

En vue de faire bénéficier au Bénin l’accompagnement de l’Agence internationale de l’énergie atomique dans plusieurs domaines, le Professeur Benjamin Hounkpatin a fait un plaidoyer auprès du Directeur général par intérim de l’Aiea. Le ministre de la santé a notamment sollicité l’appui de l’Agence dans la construction et l’équipement des services de radiothérapie et de médecine nucléaire pour le compte du Centre hospitalier et universitaire (Chu) de référence d’Abomey-Calavi, l’acquisition d’une gamma caméra au profit du centre de médecine nucléaire du Centre hospitalier et universitaire de la Mère et de l’Enfant (Chu-Mel), la formation des ressources humaines dédiées à la matière nucléaire et à la radiothérapie, le recrutement du personnel béninois au sein du staff de l’Aiea et la qualification du Laboratoire central de contrôle de sécurité sanitaire des aliments, comme laboratoire de référence régionale de l’Agence internationale de l’énergie atomique, l’assistance dans la mise en œuvre des instruments juridiques et l’accompagnement dans l’actualisation du plan cancer. Des doléances qui ont reçu l’assentiment du directeur général par intérim de l’Aiea qui a pris des engagements en faveur du Bénin. Des engagements qui deviendront une réalité avec la concrétisation par la partie béninoise des actions de suivi telles que la mise en place des organes de l’Autorité nationale de sûreté radiologique et de radioprotection (Ansr) et la nomination d’un point focal Aiea-Bénin, pour la médecine nucléaire et la radiothérapie. Les travaux de la 63ème Conférence générale de l’Aiea ont pris fin sur une note de satisfaction. Il s’agit de la validation de la candidature du Bénin qui abritera en juin 2020 la 31ème revue du comité technique de l’Accord régional de coopération pour l’Afrique sur la recherche, le développement et la formation dans le domaine de la science et de la technologie nucléaire Afra.

 

Marcus Koudjènoumè

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here