Réaction de l’ex-président au sujet des arriérés et dette envers les travailleurs:Yayi Boni se contredit et embrouille

0
1035

Déterminé à faire des répliques aux publications du chef de l’Etat, l’ex-président de la République a réagi au post de Patrice Talon sur sa page Facebook sur la dette qu’il a héritée de ses prédécesseurs envers les travailleurs. Yayi Boni s’est lancé dans un exercice qui, au lieu d’éclairer embrouille les Béninois.

Les sorties médiatiques du président Patrice Talon continuent de donner de l’insomnie à Yayi Boni. Comme il en a pris l’habitude depuis un certain temps, le prédécesseur de l’actuel locataire du Palais de La Marina a réagi à sa publication sur le point de la situation de l’apurement des arriérés et dette qu’il a hérités des régimes précédents envers les travailleurs. En effet, au cours de la rencontre qu’il a eue avec les partenaires sociaux au Palais de La Marina le vendredi 16 octobre 2020, Patrice Talon a déclaré que dès son arrivée en 2016, il a fait face à une lourde dette laissée par son prédécesseur qui est en train d’être purgée. Un message qui, visiblement n’est pas du goût du chantre du Changement et de la Refondation. Comme une réponse du berger à la bergère, il a tenté d’apporter des clarifications au sujet des 52 milliards de francs Cfa payé par le gouvernement du Nouveau départ des 95 milliards de dette due par les régimes précédents envers les travailleurs. Alors que le président Talon affirme avoir réglé toutes les dettes et ne devoir plus rien aux travailleurs, son prédécesseur s’offusque et s’inscrit en faux contre une telle déclaration. Or, dans ses explications, Yayi Boni qui nie avoir laissé un tel héritage à son successeur, reconnait tout de même le principe de la continuité de l’Etat au cas où l’information se confirmait. De fait, il approuve l’information relayée sur la page Facebook de Patrice Talon. Surpris que la déclaration du président de la République n’ait pas fait cas au sort réservé aux pseudos travailleurs victimes de licenciements abusifs dans la fonction publique et dans l’administration, le corps des enseignants, depuis l’avènement du régime du Nouveau départ, l’ex-président oublie que c’est sous son règne que les pires concours frauduleux et sélectifs dans la fonction publique ont été organisés. Il semble également oublier que c’est sous son mandat que les résultats scolaires les plus catastrophiques ont été enregistrés. En effet, l’état des lieux du secteur éducatif béninois a montré les lacunes de l’encadrement des apprenants. D’où la formule de la réforme en vue d’améliorer la qualité de l’enseignement au Bénin. Inutile de vouloir jouer au Bon Samaritain auprès des travailleurs ou se faire passer pour leur avocat en estimant que la Présidentielle d’avril 2021 sera un vote sanction. Ce qui est indéniable, le peuple exercera librement sa souveraineté. Il portera son choix sur l’homme qui présidera aux destinées du pays de manière libre et équitable. Les jeux sont ouverts.

 

Odi i. Aïtchédji

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here