Recours adressé à la Cour suprême:La stratégie maladroite de l’opposition

0
4302

On comprend définitivement que les partis de l’opposition n’ont pas dans leurs rangs des gens qui ont tout au moins côtoyé le droit. Le Chef de l’Etat a raison de penser qu’il faut désormais des partis politiques bien structurés. Il faudra désormais tendre vers des partis politiques dont le sort ne se trouve pas entre les mains d’un homme, mais qui soient de  vraies administrations politiques où côtoient des compétences et des valeurs. Ce dessein se confirme au jour le jour face à la défaillance cruelle de la pratique politique sous nos yeux. En effet, dans ce processus de conformité, les deux grands partis de l’opposition que sont les Forces cauris pour un Bénin émergent et l’Usl ont commis deux bourdes monumentales. La première est cette méconnaissance légale historique de cette précaution élémentaire. Comment diantre des partis aussi adultes comme les Forces cauris pour un Bénin émergent Fcbe peuvent oublier que des personnes en conflit  avec la loi ne doivent pas être membres fondateurs. Comment ce parti peut l’ignorer alors même que plusieurs de ses députés ont participé à  l’élaboration de la loi qui sert de fondement à la réforme ? On est presque hors de souffle en l’apprenant, car tout cela sort de l’entendement normal. On peut comprendre que l’Usl soit encore dans la jeunesse du militantisme et que ces détails lui échappent, mais il est hors de question que les Fcbe commettent cette bévue historique. L’autre bourde de ces partis qui continuent d’exceller par méconnaissance des textes, c’est la comédie et la honte nationale devant la Cour suprême hier. De nombreux jeunes juristes talentueux et sans-emplois pouvaient  aider ces partis à se sauver de ce désastre textuel. Comment diantre ces hommes politiques peuvent se tromper si royalement ? Comment peuvent-ils méconnaître de façon aussi éhontée, les dispositions de l’article 21 de la loi portant charte des partis politiques qu’ils ont eux-mêmes votés ? Au cas où cela leur aurait échappé, il faut souligner à toutes fins utiles qu’en cas de contentieux liés à la déclaration administrative des partis nouvellement créés où à la mise en conformité des partis déjà créés où existants, la compétence de la chambre administrative du tribunal de première instance de Cotonou est établie. En français facile, les requérants que sont l’Usl et les Fcbe se sont trompés de juridiction. Ils devront saisir les chambres administratives des tribunaux ordinaires qui sont des juridictions de premier ressort au lieu d’aller directement devant la Cour suprême qui est juge du dernier ressort pour les contentieux relatives à la déclaration administrative. Il semble qu’on n’a pas besoin d’aptitude juridique avérée pour le comprendre. On se surprend de découvrir que tout ce beau monde ait méconnu si royalement cette disposition de la loi. Quand on a mordu si piteusement la poussière, on ne demande pas le secours des innocents pour servir de boucliers humains. C’est un désastre moral.

 

AT

 

Ces opposants font preuve de mauvaise foi

On réalise finalement que les partis de l’opposition font preuve d’une mauvaise foi flagrante. Leur position au cours des débats avec le chef de l’Etat à la Marina le prouve à suffisance. Ils sont dans la logique du report, mais le Chef ne leur en a pas donné l’occasion.

Ils ne veulent pas se mettre à jour. On leur donnera 1000 jours, ils ne se mettront jamais à jour. Les partis de l’opposition traînent exprès pour porter la responsabilité de leur éviction au Gouvernement. La rencontre d’hier a permis de s’en convaincre. En effet, au cours de la séance, les partis de l’opposition sont restés unanimes sur le report de la date des élections. Ils n’ont même pas exprimé leur volonté de satisfaire à l’exigence légale. Cette décision qu’ils ont prise à l’unanimité de forcer la main au Président pour qu’il reporte la date des élections est préméditée.  Tout prouve que les retards exprès qu’ils orchestraient  dans la constitution des dossiers avaient un objectif précis. A vrai dire, l’opposition veut saccager le processus parce qu’elle n’est pas sûre de faire le poids sur le terrain politique. C’est la peur de gagner qui les amène à fuir la procédure administrative exigée. Pourtant, les pièces demandées ne sont pas si difficiles. Plusieurs partis les ont pourtant fournies. La diversion orchestrée n’avait qu’un seul objectif : retarder le processus et fabriquer un responsable après enlisement. Sinon, comment comprendre que des partis responsables comme les Fcbe et l’Usl aient pu laisser une anomalie aussi grotesque dans leurs dossiers ? Comment le concevoir si ce n’est pas fait exprès pour rendre responsable le Gouvernement de leur éviction ? Le stratagème des partis de l’opposition est clairement dévoilé. Groggy, ils se muent en complainte devant le Chef de l’Etat pensant trouver un arrangement comme à leur habitude. Ces habitués des moyens détournés veulent toujours contourner les textes, mais le Chef de l’Etat leur a opposé un refus catégorique. Patrice Talon est resté droit dans ses bottes. Ses propos ont été clairs. Si un parti ne respecte pas les dispositions légales prévues, elle n’aura qu’à s’en prendre à elle-même. Le ton est ferme et clair.

 

Quelle discussion encore?

 

Après la rencontre, le Chef du parti Restaurer l’Espoir a longuement échangé avec le Chef de l’Etat à deux. Jusque-là, on ignore le contenu des discussions, mais on peut se convaincre de ce  que le Chef de ce parti est dans la logique d’arrangement. Cette discussion floue initiée de façon informelle par le  »Django » de l’opposition a démontré clairement que l’homme n’a plus d’arme et se mue en négociateur. Le concepteur du Edjinkonin Tchéké tente tout pour  se retrouver dans la course. Il a carrément écarté ses compagnons pour tenter, loin des oreilles indiscrètes, une discussion entre adultes. L’heure est vraiment grave à Mènontin, base du RE où les militants sont certainement désespérés. Il n’est pas aisé de dire que le Chef rase les murs, mais tout convie à y penser.

 

AT

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here