Réforme du système partisan, parrainage et Présidentielle de 2021:Le gouvernement dissipe les inquiétudes du corps diplomatique

0
829

Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Aurélien Agbenonci et le corps diplomatique accrédité au Bénin ont passé en revue l’actualité nationale marquée par la réforme du système partisan en cette veille de la Présidentielle de 2021. C’était à la faveur de la rentrée diplomatique  2020-2021 qui a eu lieu hier mardi 28 octobre 2020, à Cotonou.

La réforme du système partisan est le sujet majeur qui a meublé les échanges au cours de la rentrée diplomatique 2020-2021 hier mardi. Elle a été détaillée de long et en large par Aurélien Agbénonci, Sévérin Quenum, Alain Orounla et Orden Alladatin, respectivement ministre des Affaires étrangères et de la coopération, ministre de la Justice, ministre de la Communication et président de la commission des lois à l’Assemblée nationale. A tour de rôle, ils ont rappelé le bien-fondé de cette mesure qui sera expérimentée pour la première fois au Bénin, lors de la prochaine joute électorale. De leur explication, on retient que la réforme du système partisan se justifie par l’assainissement du paysage politique national  animé par plus de 260 formations politiques. Mieux, ajouté le président de la commission des lois à l’Assemblée nationale, cette réforme est l’initiative des députés de la 7ème législature. Mais la mise en œuvre de cette mesure a suscité des grincements de dents au sein de la classe politique. Alors, pour trouver un consensus autour de son opérationnalisation, expliquent Aurélien Agbénonci et ses collègues au corps diplomatique, le chef de l’Etat a convoqué le dialogue politique national. « Les recommandations de ces assises ont été traduites en actes concrets », précisent-ils. L’application de ces recommandations, informent les représentants du gouvernement, a abouti notamment à la prise d’une loi d’amnistie, à la refonte de la Charte des partis politiques et du Code électoral avec en toile de fond, l’organisation des élections générales à partir de 2026, le système du parrainage, le financement des partis politiques, la discrimination positive en faveur des femmes. La représentativité des femmes, le système de parrainage et la création du poste de vice-président, sont quelques préoccupations du corps diplomatique auxquelles les représentants du gouvernement ont apporté des éléments de réponse.

 

Odi I. Aïtchédji

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here