Réformes dans le secteur de la santé:11 formations sanitaires fermées

0
978

La Commission chargée du contrôle des structures de prestations des soins médicaux (Cccspsm) a dressé le bilan des actions menées au cours du premier trimestre de l’année 2019 avec des actions fortes. C’était à travers un point de presse le vendredi 15 mars 2019 au ministère de la Santé à Cotonou.

La Commission chargée du contrôle des structures de prestations des soins médicaux a, au cours de sa mission, fermé onze formations sanitaires dont six publiques et 5 privées. Cela, compte tenu de la mauvaise qualité des soins administrés aux populations. Cette action de la Commission entre dans le cadre  des réformes engagées dans le secteur de santé par le gouvernement pour l’amélioration de la qualité des soins. Selon Blaise Ayivi, Coordonnateur de la Cccspsm, la Commission a enregistré six (06) saisines et inspecté 440 formations sanitaires dans 10 départements sur 12 sur toute l’étendue du territoire national. Ces saisines ont concerné des cas répétés de mauvais accueil et de décès, des goulots d’étranglement à la qualité des prestations administratives dans plusieurs centres de santé et hospitaliers universitaires dans certains centres de santé publics. En plus, dans ses investigations, il est constaté que plusieurs formations sanitaires ne sont pas en règle vis-à-vis des nouvelles réformes du système de santé. Ce qui est à l’origine de la fermeture de ces onze formations sanitaires sus-évoquées. A celles-ci s’ajoutent des dysfonctionnements d’ordre organisationnel. « Nous avons constaté une organisation inadéquate des ressources humaines, l’insuffisance de la pertinence du diagnostic médical et l’inadéquation de certains traitement », a-t-il déclaré. Le Coordonnateur a fait savoir que les centres périphériques et les hôpitaux de référence ne disposent pas assez de moyens roulants pour transporter les malades. Ces irrégularités seront portées à l’autorité afin que cette situation puisse être réglée au grand bonheur des populations. Par ailleurs, il a invité les agents de santé au respect des droits des patients et au travail bien fait afin de réduire la mortalité maternelle, néonatale. Composée de huit membres, la Commission a été mise en place par le président Patrice Talon à travers le décret 2018-472 du 10 octobre 2018.

 

Benjamin N. Douté (Stag)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here