Réformes politiques au Bénin:La preuve que Azannaï a claqué la porte à la « Résistance » (Son parti est en passe d’obtenir son récépissé définitif)

0
2020

Un nouveau parti vient de voir le jour dans l’univers politique béninois. Son nom, « Restaurer l’espoir ». Conformément, à la Charte des partis politiques, ce regroupement, qui a à sa tête Candide Azannaï, a rempli toutes les formalités administratives au Ministère de l’intérieur et de la sécurité publique et a obtenu, sans grande difficulté, son récépissé provisoire.

Le parti « Restaurer l’espoir » a désormais une base légale. Il a obtenu son récépissé provisoire au Ministère de l’intérieur et de la sécurité publique. Et, selon les dernières informations, après l’obtention du précieux sésame, les bénéficiaires n’ont pas tardé à le déposer au Journal officiel en vue de sa publication qui ouvrira la voie au récépissé définitif. Il s’agit là d’une bonne nouvelle pour Candide Azannaï et les siens qui, à force de délation, n’avaient pas pu remplir les conditions exigées par la nouvelle Charte des partis politiques pour participer aux Législatives d’avril 2019. Cette fois-ci, dans la perspective des élections communales et municipales, les responsables de ce regroupement politique se sont montrés coopératifs avec les cadres du Ministère de l’intérieur. Dans un premier temps, ils avaient déposé un dossier suggérant qu’à l’occasion d’un Conseil national, Restaurer l’espoir a procédé à un réaménagement de ses organes dirigeants. Le Ministère de l’intérieur, instruit pour apporter une assistance-conseil à tous les demandeurs, leur a fait observer qu’aux termes de la loi portant Charte des partis politiques, « Restaurer l’espoir » a perdu son statut de parti depuis le 25 mars 2019 et qu’il fallait des actes montrant qu’un congrès de fondation ou de refondation a bien été tenu. Après avoir modérément boudé, Candide Azannaï et ses amis ont fini par se conformer à la démarche prescrite et ont déposé un nouveau dossier le mercredi 29 janvier 2020 comportant notamment une déclaration de création du parti à l’issue d’une assemblée constitutive, et un procès-verbal de création. Le comité d’étude des dossiers, après avoir fini son travail, a émis un avis favorable. D’où le récépissé provisoire à eux délivré. Ce comportement républicain du parti « Restaurer l’espoir », après la Fcbe, démontre que les conditions contenues dans la Charte des partis n’étaient pas insurmontables et qu’il fallait juste faire preuve de bonne volonté. C’est dire donc que la page des querelles politiciennes se tourne définitivement. En effet, « Restaurer l’espoir », on se souvient, recalé pour les Législatives de mai 2019, s’est rangé dans un creuset appelé « Résistance ». Et dans cette organisation illégale, ces acteurs politiques ont passé leur temps à protester, à créer les conditions favorables à la violence. Les voilà aujourd’hui en train d’accomplir ces mêmes formalités sans blocage. C’est bien dommage qu’ils aient retrouvé la sagesse après avoir manipulé les populations pour provoquer les événements douloureux liés aux Législatives.

 

Abdourhamane Touré

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here