Relecture de la loi sur la corruption:La société civile se concerte sur ses propositions

0
1021

Contribuer utilement au processus de relecture de la loi n°2011-20 du 12 octobre 2011 portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes. C’est l’objectif visé par l’Ong Alcrer et l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc) en initiant hier, mardi 3 septembre 2019, l’atelier de validation de l’étude sur les forces et les points d’amélioration de la loi. Cette activité s’inscrit dans le cadre du projet de renforcement des Osc pour la détection et la dénonciation de la corruption (2d corruption). Au lancement des travaux, Martin Assogba, président du comité de pilotage du projet a salué la société civile pour avoir initié l’étude approfondie du contenu de la loi n°2011-20 en vue de proposer un document consensuel d’amendement aux autorités compétentes. « Ma satisfaction vient de ce que, depuis des années, c’est la première fois que la société civile a initié une étude approfondie sur le contenu de cette loi en examinant ses forces et ses faiblesses en vue de proposer, à terme, un document consensuel d’amendement aux autorités compétentes », s’est-il réjoui. Il a, par la suite, promis l’organisation d’un atelier de plaidoyer réunissant les cadres du Ministère de la justice, de l’Anlc, de l’Assemblée nationale pour remettre officiellement le document de proposition de loi  de la société civile sur lesdits amendements après validation de l’étude. Il faut rappeler que le projet est mis en œuvre en association avec le FONAC et le soutien technique et financier du Programme RePaSOC de l’Union Européenne.

 

Epiphane Kèkè (Stag)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here