Rencontre mensuelle avec la presse:Le ministre Orounla vante les mérites du gouvernement

0
2432
  • Le Bénin solde ses dettes envers la Ceb

Le gouvernement du Bénin a décidé de donner une nouvelle dimension à sa communication. Il a initié le « Gfp » (Gouvernement face à la presse) pour donner la juste information aux populations. Le premier acte du Gfp qui s’est déroulé le vendredi 24 janvier 2020 dans la salle de conférence du Maec a été l’occasion pour le ministre Alain Orounla d’aborder plusieurs sujets d’actualité.

Le Bénin ne doit plus un franc à la Communauté électrique du Bénin. C’est l’une des informations données par le ministre de la Communication et de la poste aux professionnels des médias le vendredi dernier. Selon Alain Orounla, le gouvernement du Bénin, en moins de deux ans, a remboursé toute la dette qu’il avait à l’égard de la Ceb, soit une ardoise de 65 milliards de FCfa cumulés sur 10 ans. « Nous ne devons plus rien », a-t-il martelé avant de se réjouir de la mise en service de la centrale thermique de Maria-Gléta. Une infrastructure qui a permis de conjuguer au passé les difficultés de délestage que le pays a connues les années passées. « La construction de cette centrale et d’autres à venir vont permettre au Bénin d’assurer une autonomie énergétique. Nous sommes à la recherche de la meilleure énergie possible à un coût réduit », a-t-il insisté. Outre l’énergie, cette session du Gfp a aussi abordé la question de l’assainissement du cadre de vie. Selon le porte-parole du gouvernement, l’Exécutif a acté la transformation du pays par des infrastructures routières. «Plusieurs de nos villes connaissent une transformation de paysage avec le projet asphaltage. Quels que soient les quartiers où l’on est à Cotonou, à Abomey, à Porto-Novo, à Bohicon ou à Parakou, ce projet grandit, vit et transforme le paysage urbain », s’est-il réjoui. Et ce n’est pas tout. Alain Orounla a informé de ce que la gestion moderne des déchets ménagers et solides a démarré avec un plan d’assainissement du cadre de vie sur la base d’un programme ambitieux que le gouvernement a financé. A cela s’ajoute la construction des marchés modernes pour améliorer les conditions de travail des bonnes dames et leur permettre d’atteindre un degré d’efficacité connu dans les grands pays.

 

De bons résultats dans l’éducation

 

Pour cette première rencontre avec la presse, le porte-parole du gouvernement, est revenu sur les résultats perceptibles du Programme d’actions du gouvernement dans le secteur de l’éducation. A l’avis de Alain Orounla, l’année 2019 a permis, par exemple, de doter 51%  d’écoles maternelles et primaires de cantines scolaires qui permettent à plus de 800.000  enfants d’avoir un repas chaud par jour. Avant l’avènement du régime de la rupture, a-t-il rappelé, un budget d’un milliard était consacré à ces cantines scolaires, mais cette année, c’est 15 milliards qui ont été mobilisés pour faire face à cet impératif. A part les cantines scolaires, d’autres acquis sont à noter dans le secteur. Entre autres, il a cité la résorption du déficit d’enseignants, le plan d’urgence de relance stratégique du secteur de l’éducation et la mise en place du Conseil national de l’éducation  renoué qui est l’aboutissement d’un processus engagé depuis trois ans et qui est la preuve de ce que l’éducation est au cœur de l’action du gouvernement.

 

Complément d’études pour le contournement Nord-est

 

Infrastructure routière majeure qu’ambitionne de construire le régime du Nouveau départ, le contournement Nord-est de Cotonou verra aussi le jour. Le président Patrice Talon qui travaille avec méthode vient de lancer un complément d’études. Ce projet  de plus de 500 milliards de FCfa va démarrer par des phases concrètes, notamment des ponts et des viaducs  qui seront implantés cette année. D’autres projets de construction du réseau routier et autoroutier, a assuré Alain Orounla, sont lancés partout, et d’autres sont en cours de lancement.

 

Gfp, un cadre pour mettre fin aux fakes news

 

Loin d’être un point de presse bis du Conseil des ministres, la méthode  » Gfp  », est un cadre plus élargi qui unit désormais le Gouvernement et les professionnels des médias sur les sujets d’actualité. L’exercice qu’assure désormais le ministre porte-parole du gouvernement, Alain Orounla, est une innovation pour aborder les préoccupations du mois avec la presse. Le porte-parole du gouvernement, à travers ce creuset, partagera l’information vraie avec les populations sur les réalisations du gouvernement, les projets en cours et les perspectives pour conférer une autre image de marque au Bénin. Loin d’être un acte d’affichage, cette initiative ‘’Gouvernement face à la presse’’ (Gfp) contribuera à lutter contre les fakes news, la désinformation et les campagnes de dénigrement organisées contre le Bénin. En effet, le gouvernement du président Patrice Talon pose depuis peu des actes qui montrent son sens d’écoute et d’attention à l’égard des populations, et l’ensemble de ces actions méritent d’être exposées aux hommes des médias qui constituent la charnière centrale par laquelle l’information atteint le peuple. Pour ce premier exercice, la mobilisation des hommes des médias était générale et démontre combien de fois l’initiative est approuvée de tous.

Joël Samson Bossou

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here