Revalorisation du parc W:Le Bénin débloque 347 millions de FCfa (La contrepartie financière béninoise à disposition de l’Apn)

0
2580

Le parc W sera réhabilité dans les mois à venir. Dans ce sens, un accord de financement du plan d’intervention prioritaire a été signé cette semaine entre le Ministère du cadre de vie et du développement durable et African parks network (Apn). Il s’agit pour le Bénin de mettre à la disposition de l’Ong sud africaine les fonds pour la réalisation d’un projet d’envergure dont l’objectif est de revaloriser ce patrimoine touristique afin d’en tirer les bénéfices pour le développement et la visibilité du Bénin.

C’est un chèque de 347 millions de francs que le Directeur résident d’African parks network (Apn), Jean Marc Froment, a reçu dans la matinée du mardi 18 février 2020, à la salle de conférence du Ministère du Cadre de vie. C’était à l’occasion de la cérémonie de signature de la Convention bipartie et de la mise à disposition de la contrepartie béninoise pour le Plan d’intervention prioritaire dans le parc W. En effet, situé au Nord du Bénin, le complexe parc W fait partie du bloc écologique de la réserve de la biosphère transfrontalière. Selon le ministre du Cadre de vie du développement durable, José Tonato, il pourrait à l’avenir devenir un « atout économique » majeur pour l’économie béninoise, car c’est la dernière zone sauvage prestigieuse de l’Afrique de l’Ouest. S’étalant sur 7 623 km2, il abrite 52 espèces de mammifères et grands carnivores et la  dernière grande population d’éléphants de l’Afrique de l’Ouest, soit 1200. A cela s’ajoutent 360 espèces d’oiseaux d’origine africaine et 150 espèces de reptiles. Or, depuis quelques années, la  pression anthropique sur le parc W est extrêmement importante et a  engendré une forte diminution de la faune.  Il est par ailleurs à craindre, à la lumière des derniers évènements de Kérémou, que le parc ne serve de base arrière aux groupes armés venant des pays voisins. C’est pourquoi le gouvernement, au cours du conseil des ministres du 3 juillet 2019, a autorisé la mise en place  d’un projet d’intervention prioritaire pour une durée d’un an.  « L’objectif est de permettre d’améliorer les performances du complexe en matière de surveillance et  de mettre en place une Brigade spéciale », a déclaré le ministre.

 

Wilfrid Noubadan

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here