Revendications et procès d’intentions tous azimuts :Les alibis de l’opposition : pour perturber la Présidentielle ?

0
914
La perspective que Patrice Talon rempile en 2021 donne apparemment l’insomnie et le tournis à certains de ses adversaires politiques. Eric Houndété, Yayi Boni etc.,  depuis les premiers mois de son avènement en 2016, n’ont de cesse d’imaginer et d’échafauder des plans les plus sordides pour remettre en cause le choix des Béninois. Ils sont d’autant plus découragés que le  bilan de Patrice Talon et son équipe, est des plus complets et des plus aboutis réalisés par un régime politique au Bénin depuis 1960. Pour perturber la Présidentielle d’avril 2021, ils sont obligés de se lancer dans des revendications et procès d’intentions saugrenus.
Beaucoup notamment les opposants avaient parié sur un échec de Talon et  son une éventuelle incapacité à transformer en profondeur la vie socioéconomique de ses compatriotes. A tort ! C’était sans compter avec la détermination presque obstinée du chantre du Nouveau départ, un homme dont la gestion a révélé des aptitudes rares d’homme d’Etat. Il n’en fallait pas moins pour que ses adversaires décident de tout remettre en cause, au grand dam du peuple béninois. Ce sont surtout ceux qui ce sont réfugiés dans un exil doré, qui s’illustrent le plus dans des actes et propos agressifs, à la limite attentatoires à la quiétude des populations. Ils font feu de tout bois pour déstabiliser leur pays. Un pays dont l’économie reste solide malgré les effets des chocs exogènes aussi redoutables que le Covid-19 et la fermeture des frontières bénino-nigérianes. Ainsi, de sources concordantes, et de guerre lasse, ils complotent le pire. Dépassés par les réalisations remarquables du gouvernement, et sachant qu’ils n’ont plus de motifs sérieux de l’attaquer, ils envisagent de semer le bordel dans le pays et perturber le bon déroulement du processus électoral présidentiel d’avril 2021 comme ce fut le cas en avril 2019. C’est pour cela qu’ils c’étaient arc-boutés à l’idée du mandat unique. Patrice Talon n’avait fait aucune promesse formelle à ce propos. C’était un projet politique et de gouvernance, que l’échec de la révision de la Constitution d’alors a purement et simplement relégué aux calendes grecques.
Utopie de mandat unique
Malheureusement, ils s’accrochent toujours à cette illusion utopique de mandat unique, faisant preuve de deni de démocratie, en cherchant à empêcher le président de la République qui a le droit constitutionnel de se présenter pour un second mandat. On n’est même pas dans l’hypothèse de ceux qui révisent la Constitution pour se maintenir et s’éterniser au pouvoir. Ici, il s’agit de la possibilité d’un second mandat constitutionnel. Ensuite, comme ils savent qu’en droit et en logique, leur combat est perdu d’avance, le projet c’est de semer des troubles dans le pays en vue de perturber la quiétude des populations, organiser des casses par des délinquants, pour faire croire que le Bénin se porte mal. Ce serait une fuite en avant. Ils devraient plutôt préférer le combat des idées, projet contre projet et négocier le suffrage des Béninois. C’est sur ce seul terrain que leur projet politique pourrait prospérer. Car, pour avoir réussi à réformer et à reconstruire, là où beaucoup ont échoué avant lui, Patrice Talon sera sans aucun doute porté en triomphe en 2021. C’ est une vérité toute simple.
Wilfrid Noubadan

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here