Révision à la majorité des députés de la loi fondamentale:Gilles Gohy fier des réformes opérées dans la Constitution

0
691

L’enseignant-chercheur Gilles Expédit Gohy approuve la révision de la Constitution. Il se réjouit de sa modernisation et des avancées notées dans la loi fondamentale. Lire la réflexion.

 

Ça y est !

 

Il l’a, sa Constitution enfin révisée, conformément à ses propres dispositions. L’heure a sonné ! Il n’était plus question de traîner indéfiniment sur des préoccupations bien élaborées dans le passé et à l’occasion du Dialogue politique, par de larges discussions et même de consensus de la classe politique.

Le Bénin, mon pays, a nettoyé le 1er novembre 2019, un jour symbolique, sa Constitution, des gangues et de la fange qui la privaient de brillance, de percutance et d’efficience ! Il ferme définitivement la possibilité même pour un président (ancien ou en exercice), de rêver à faire plus de deux mandats, toute sa vie ! Quel bonheur ! Quelle félicité ! Le Bénin vient encore avec maestria, sans violence, sans tambour ni trompette, d’innover utilement. Mon pays s’apprête de nouveau à servir de repère à beaucoup d’autres pays qui peinent à trouver la meilleure formule pour verrouiller la limitation de mandats qui continue de perturber la vie politique et sociale dans bon nombre de pays. Ne cherchez plus loin, s’il vous plaît ! Votre Humble Serviteur, Le Bénin, est là !

Longtemps attendue par les Forces du progrès et du développement national, mais toujours seulement désirée parce que jamais obtenue, telle une Arlésienne, la révision de la Constitution du Bénin survint, en ce jour symbolique du 1er novembre 2019, fête de la Toussaint c’est-à-dire la fête de tous les saints, contrairement à ce que pense, dans sa confusion habituelle, un membre des forces dites de « la résistance » qui pense que le 1er novembre est un jour maudit, car celui des morts qui est pourtant le 02 novembre. Rappelons-lui simplement que c’est plutôt le 2 novembre qui est la fête des morts !

 

La première révision de la Constitution du Bénin, cette dame vieille de 29 ans dépucelée pour être plus mature est désormais une réalité. Qui l’eût cru ?

 

La vierge d’hier est l’épouse d’aujourd’hui, unanimement ovationnée et collectivement enviée par les esprits positifs qui l’attendaient patiemment ! Elle n’est plus une Arlésienne, cette belle dame violemment désirée par la fougue du progrès et la volonté de régénération fatale, mais toujours inaccessible, parce que fuyante et fugitive dans les vains oripeaux de l’égoïsme primaire exacerbant et de la félonie outrancière !

« La patrie est en danger ! » aura été la première rengaine enregistrée, vaine hystérie d’un patriarche qui, sentant l’inéluctabilité de la sentence, paniqua, pathétique dans des élucubrations surannées auxquelles l’on finit par s’habituer, malheureusement ! L’autre dinosaure de la vie politique béninoise y perçoit « une menace à la paix » qui laisse pantois !

Avec la Constitution révisée, on réalise que la prophétie de l’autre, il y a plus cinq ans ; augure selon lequel personne ne peut la modifier sous peine d’être livrée à la Cour Pénale Internationale – Cpi, avec les mains ligotées par derrière, et jugé, a fait flop ! Quel délire ! Un coup de pied dans l’eau !

L’autre ayant lamentablement échoué devant Patrice Talon aux dernières élections présidentielles, alors qu’il était très sûr de lui, trouve subitement qu’avec cette révision de la Constitution, la démocratie au Bénin « aurait reculé » de 30 ans ! Quelle vilaine blague !

Et le fausset, par une strophe de détresse, poussa un cri guttural de désespoir et s’évanouit dans les limbes de l’impuissance ! Et le mot est lâché !

Avec ces déclarations facilement qualifiables, on découvre de plus en plus que ceux-là à qui on pouvait encore prêter quelques grains de crédibilité, ne le méritent point, agissant ou se comportant comme des égoïstes, des gens dépourvus de patriotisme voire carrément des parias à leur pays ! Sinon, quelles nouvelles dispositions la révision a-t-elle apportées qui ne sont pas bonnes et porteraient un quelconque préjudice au pays Bénin ?

Tout intellectuel patriote doit être honnête et éviter la politique politicienne. Les Honorables députés, en toute légalité, sont légitimement allés à la limitation de leurs mandats à trois (3) : celui du président de la République est simplement verrouillé à deux maxi pour toute la vie du prétendant ! Quel bonheur !

Est-ce ce dernier point qui fâche, alors que c’est à cause de ceci que la classe politique s’est toujours opposée à la révision constitutionnelle ? En tout cas, le chien aboie, la caravane passe ! Comme le dirait le simple citoyen ! S’il vous plaît, cessez de tromper ce peuple déjà trop meurtri par certains de ses fils égoïstes et indignes !

Patrice Talon n’est pas éternel, ne s’accroche point au pouvoir, mais on retient qu’il a marqué on ne peut plus positivement ce pays. Bravo et relèvent désormais du passé toutes les impuissances potentielles ! Et le mot est lâché !

Car, c’est de l’impuissance dont il s’agit effectivement !

Comme un footballeur qui s’arrêta essoufflé, de guerre lasse, ayant couru inlassablement derrière un ballon qui lui échappa constamment, les ennemis du développement du Bénin ne purent éternellement empêcher le Bénin de vivre son destin : évoluer ! Incapables de bloquer encore longtemps cette fatalité, la revitalisation de la Loi Fondamentale du Bénin qui en a tant besoin, ils soupirent de dépit devant la détermination du Peuple à avancer !

Que de blocages ! Que de coups bas ! Que d’égoïsmes agissants dans un népotisme ronflant ! Les sangsues s’en donnaient à cœur joie ! Mais, la Lumière finit par jaillir sur les ténèbres de la déraison, les miasmes morbides du crime, jugulant les hystéries infâmantes des uns et les félonies dégradées des autres qui maintenaient le Bénin dans la mélasse de la médiocrité. Avec la révision constitutionnelle, le top est désormais lancé pour le cap sur l’Excellence multidimensionnelle du Bénin, dans le respect de la parole donnée qu’est le crédo du Président Patrice Talon !

Un homme, celui-là ! Un vrai ! Un magnifique qui ne ment point, affublé d’une démagogie de mauvais aloi, mais fait du respect de la promesse un créneau de vie, un drain de crédibilité et de charme personnel de séduction ! Le Peuple béninois est désormais rassuré d’être désormais mis sur les rails du développement, l’Arlésienne domestiquée ! Sans risque de se tromper, nous pouvons commencer par le porter en triomphe ! Inexorablement, il tient toutes ses promesses et réalise tout ce qu’il promit de faire.

De mémoire d’homme, c’est le premier président au Bénin, qui a élaboré un programme de société et l’opérationnalise avec des résultats tangibles. Très éclairé, il a une vision parfaite du développement du Bénin, une ambition légitime de faire s’épanouir un pays longtemps maltraité et qui doit se développer ! Alors, sans tambour ni trompette, il avance pour l’émergence du pays. Il ne navigue pas à vue, ne réalise pas les projets au gré des partenaires techniques et financiers de par leurs financements. Il sait où il va. Souhaitons que Dieu l’éclaire davantage !

Sans fanfaronnade, il porte vaillamment à bras-le-corps le développement du Bénin, insensible aux vilénies des adversaires ou ennemis politiques : les brûleurs de la République, par exemple ! Son bilan parle pour lui, éloquent !

On l’aime ou non, mais la loi sur l’amnistie est bien là, patente, malheureusement, pour illustrer la forte capacité de l’homme à s’humilier ; la grande force de l’homme d’Etat qu’il est à ne voir que le développement de son pays. Quelle magnanimité ! Que ne ferait pas pour la paix sociale, le Béninois numéro 1 qui subjugue volontiers son ego pour l’intérêt d’un pays constamment violé et violenté par certains fils  indélicats et décevants? Heureusement qu’il y en aura toujours pour l’aider à construire ce pays !

Voyez donc !

Le peuple honnête fut meurtri dans son corps social ; de dignes citoyens innocents virent, du jour au lendemain, leurs commerces détruits par des badauds drogués et des mercenaires bourrés d’instinct meurtrier ! Mais, au nom de la loi sur l’amnistie possible grâce au Dialogue politique qu’il initia et fit tenir, on efface tout et la vie continue ! C’est amer pour de nombreux Béninoises et Béninois, mais c’est bien ainsi ! Espérons que ce sacrifice s’opérationnalise dans la ferme et positive résolution du « plus jamais ça au Bénin ! »

 

Malgré tout, « il n’y a pas de victoire, as-tu dit ? »

 

Moi, je te réponds : « … Si ! Il y a eu bel et bien Victoire ! Victoire du Bien sur le Mal ! Il y a eu Echec des ténèbres sur le rayonnement de la Lumière, dans une alternance fatale et pérenne! »Tout le reste n’est que de l’hérésie par pur égoïsme et par jalousie stérile vis-à-vis d’un homme oint par Dieu Tout-Puissant qui  réussit vaillamment là où tous échouèrent pendant six décennies. Sans se tromper, on peut dire que Patrice Talon est le Messie tant attendu au Bénin !

Une seule certitude demeure inébranlable : au Bénin, désormais, plus rien ne sera comme avant !

 

C’est ce que J’ai encore pensé !

 

Dr. Ir. Gilles Expédit Gohy

Sociologue Démographe Politologue

Maître-assistant des Universités du Cames.

Enseignant-chercheur à l’Eneam/Uac

 

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here