Sciences du langage et de la communication:Qémal Affagnon, nouveau Dr de l’Uac

0
945

Le prestigieux univers de la recherche scientifique vient d’enregistrer un nouveau membre. Il s’agit de Qémal Affagnon qui a décroché son titre de Docteur en sciences du langage et de la communication. C’était le vendredi 24 mai 2019 à l’Université d’Abomey-Calavi.

Mention très honorable ! C’est par cette appréciation que le jury présidé par le professeur Maxime da Cruz a validé les travaux de recherche de Qémal Affagnon le vendredi dernier. Mais pour y arriver, l’impétrant a planché sur le thème « Contenus radiophoniques et fracture numérique au Bénin : analyse comparée des cas de Capp fm, Radio Topka et Plus près fm ». Selon lui, le développement de ce thème qui est d’actualité se justifie aux plans scientifique et social. Avec la numérisation de l’information, a-t-il indiqué, de nouvelles pratiques apparaissent dans le champ médiatique béninois, et il se trouve que ces pratiques façonnent désormais l’offre médiatique disponible. Ainsi, cette étude qui se divise en quatre chapitres a eu le mérite de rappeler les débuts de la radiodiffusion en République du Bénin et de déboucher sur la conclusion selon laquelle les radios Capp fm, Topka et Plus près fm  arrivent à produire des contenus en phase avec les attentes du public, et elles répondent à un besoin tout en résorbant la fracture numérique du point de vue des contenus. Et pour étayer ses dires, Qémal Affagnon a donné l’exemple de la Radio Capp fm dont les programmes d’information totalisent un volume hebdomadaire de 25 heures et 35 minutes. « En dehors des émissions éducatives qu’elle propose, Capp fm contribue à informer les populations peu lettrées sur les faits politiques du pays à travers une de ses émissions phares à savoir la revue de presse en fongbé. Au total, Capp fm mobilise pour ses émissions culturelles et d’animation à teneur locale un volume hebdomadaire de 13 heures », a-t-il justifié. Des difficultés, Qémal Affagnon en a rencontré. Selon l’impétrant, la plus importante est liée à l’accès aux sites Internet des radios qui, de temps à autres, ne fonctionnaient pas toujours bien. « Contrairement aux postes de radio FM qui sont encore confrontés à des problèmes de son, d’interférences ou de grésillements sur les ondes, la radio sur Internet ou la webradio offre en théorie un meilleur confort d’écoute. La fluidité de la connexion internet n’étant parfois pas garantie depuis l’Afrique, nos tentatives d’écoute en ligne ont parfois été très difficiles », a-t-il souligné. Il faut préciser que Qémal Affagnon est le fils aîné du syndicaliste Raouf Affagnon dont l’apport dans l’aboutissement de ces travaux de recherche a été salué par les membres du jury.

 

JSB

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here