« Semaine du Cncb »:Le « Vgm » au cœur d’une conférence-débat

0
5167

La « Semaine du Cncb » continue de battre son plein dans les locaux de la Direction générale de la structure. Hier, mardi 11 décembre 2018, les participants ont eu droit à une conférence-débat sur le thème « Le Cncb et la certification des poids des conteneurs à l’exportation (Vgm) ».

Le Conseil national des chargeurs du Bénin est la structure en charge de la certification des poids des conteneurs à l’exportation (Vgm) depuis le 1er juillet 2016. Cependant, cette mission continue de susciter des points d’ombre dans le rang des acteurs portuaires. C’est donc dans le but de lever un coin de voile sur cette thématique qu’une conférence-débat a été organisée dans le cadre de la « Semaine du Cncb ». Dans sa présentation, Fawaz Sikirou, Directeur de l’assistance études opérations portuaires au Cncb, a indiqué que la Convention Solas (Safety of life at Sea) est une Convention internationale de 1974. Elle a pour principal objectif de spécifier les normes minimales de construction, d’équipement et d’exploitation des navires pour le renforcement de la sécurité de la navigation.



A l’en croire, en novembre 2014, l’Organisation maritime internationale (Omi) a adopté un amendement à cette Convention, rendant obligatoire le pesage de tout conteneur à l’exportation avant son chargement à bord des navires. Cette mesure vise à garantir la sécurité des navires marchands, de l’équipage, des dockers, de la cargaison et la sécurité en mer. D’où la mise en place du « Vgm » qui veut dire « Verified gross mass » ou « Masse brute vérifiée ». Selon le conférencier, la certification du « Vgm » par le Cncb est à 2000 Fcfa. Par ailleurs, plus de 30 000 « Vgm » sont délivrés en une année par le Cncb. Pour calculer le « Vgm », on procède par deux méthodes. Pour la première, le « Vgm » est la différence entre le pesage du camion transportant le conteneur plein chargé et le pesage du camion transportant le conteneur vide. A cela s’ajoute la tare du conteneur. Selon une autre formule, c’est la différence entre le pesage du camion transportant le conteneur plein chargé et le pesage du camion vide. La deuxième méthode s’applique pour les cargaisons telles que le coton pour lesquelles le poids des colis ou des balles est déterminé et certifié par les organismes depuis la sortie.



Dans ce cas de figure, le « Vgm » est égal au produit du nombre de colis par le poids certifié d’un colis plus la tare du conteneur. Dans sa communication, Fawaz Sikirou a dévoilé les perspectives du Cncb à court, moyen et long termes. « Dans les jours à venir, la structure entend augmenter l’effectif des agents chargés du « Vgm » et redynamiser le secteur à travers l’achat de nouveaux matériels », a-t-il déclaré. A moyen et long termes, le Cncb envisage d’acquérir des ponts bascules et de mettre en place un système de transmission des données.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here