Sica Christelle Yaovi:« Je suis fière d’être béninoise »

0
1112

Sica Christelle Yaovi  est franco-béninoise. Exerçant la profession d’artiste peintre plasticienne depuis vingt années environ, elle ne cache pas sa fierté d’être originaire du Bénin. Elle nous livre ses impressions au détour d’une interview à la suite de son exposition en avril au Bénin.

Vous avez récemment organisé une exposition. De quoi s’agit-il ?

 

C’est un évènement étalé sur une dizaine de jours et qui rassemble dix femmes inspirantes. Nous avons initié cette activité pour parler de notre parcours et de ce que nous faisons. Nous avons organisé des ateliers. A travers mon exposition, je veux rendre hommage aux femmes.

 

Nous avons vu différents types de tableaux. Qu’est-ce qui vous inspire ?

J’ai peint les différentes facettes d’une femme. Vous avez les tableaux comme« joyau », « Ensemble », « à cœur » et « beauté intérieure ».  Le tableau intitulé « joyau » suppose que la femme est un joyau. J’ai fait ce tableau à l’aide des pierres semi-précieuses et des pierres à soie. Vous avez le tableau « protection » pour montrer que les mamans sont très protectrices vis-à-vis de leurs enfants et de l’humanité. « Ensemble » signifie qu’il faut s’unir pour réaliser les choses, « à cœur » pour inviter les femmes à prendre les choses à cœur. En définitive, nous sommes des femmes de conviction, persévérantes, bienveillantes, unies.

 

Selon vous, que représente la femme ?

La femme est l’origine du monde. C’est grâce à elle que le monde existe. Dieu nous a créés pour donner la vie et aider l’humanité à s’unir, à s’aimer et à vivre en paix. Vous savez, moi je suis métisse. J’ai 26 ans quand mon papa m’a ramenée au Bénin. Mes modèles ne sont que mes tantes, mes grands-mères, généralement la femme béninoise. Je ne vous cache pas que j’ai de l’admiration pour la femme béninoise et je suis fière de l’être. C’est une vraie amazone, une battante. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai donné priorité à Sica sur Christelle. Je suis l’ambassadrice de la culture béninoise à l’extérieur. Mais dans mon travail, je ne fais pas de discrimination entre les femmes.

 

Revenons à votre profession. Qu’est-ce qu’un artiste plasticien ?

C’est quelqu’un qui a plusieurs cordes à son arc. Je peins, je sculpte, j’écris, je fais des photos et des installations. On est plasticien lorsqu’on touche à tout ce qui existe pour s’exprimer. Un peintre ne fait que la peinture, mais le plasticien fait tout pour faire passer un message.

 

Depuis quand exercez-vous ce métier ?

Cela fait plus de 20 ans que je suis dans l’art, mais ça fait réellement dix ans que j’ai commencé à  faire découvrir mes travaux. J’ai fait l’Azerbaïdjan, la Turquie, le Kossovo, les Pays-Bas, l’Angleterre, la France, la Macédoine et les Etats-Unis.

 

Pour finir, quel message lancez-vous à toutes ces femmes qui vous lisent ?

J’invite toutes les femmes, notamment les africaines à prendre leur destin en main. Sachons que nous avons des potentialités que nous pouvons exploiter pour émerger. Nous ne sommes pas des objets. Nous avons des valeurs que nous pouvons transmettre à la descendance. Pour ce faire, nous devons préserver notre dignité. Nous devons être fières de notre corps et de la couleur de notre peau.

 

Propos recueillis par

  1. Y. A. (Coll)

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here