Subterfuges et tergiversations à l’approche des élections:L’opposition dans le scénario « Wahala »

0
2490

Chaque jour qui passe dévoile un pan de la vraie intention de l’opposition. Il est désormais clair que les partis ne partageant pas la vision du pouvoir en place ont de réelles raisons de ne pas aller aux élections. Soit ils n’ont pas les 249 millions, soit ils veulent faire de la surenchère.

Ils sont en difficulté. Les acteurs politiques de l’opposition ont des soucis réels pour participer aux élections. Tout le tapage qui se fait actuellement n’est que la face cachée d’une difficulté évidente que les acteurs de l’opposition ont traîné jusque-là. En réalité, ces politiciens bandent les muscles, mais au fond ces responsables politiques de l’opposition ont des ennuis réels pour constituer les 249 millions FCfa. L’information fuitait depuis un moment,  mais les indices renseignent chaque jour que ces partis politiques, pour la majorité, sont sans grands moyens. Ils ne font pas le poids, mais s’arrangent toujours à détourner le débat en s’illustrant comme défenseurs de la démocratie. Tout le monde sait les difficultés réelles que rencontre ce candidat ancien président pour mobiliser des ressources financières dans le cadre des élections. On peut donc comprendre qu’en attendant de rassembler les ressources, les responsables de partis politiques essaient de détourner l’attention des paisibles citoyens. L’exercice est purement politique et se comprend assez aisément. Cependant, il est hors de question que les partis de l’opposition perturbent le jeu électoral en usant de ruse politique. Si les jeunes et petits partis comme Moele-Bénin et Fcdb ont pu rassembler ces ressources, il est hors de question que ces vétérans politiques qui ont eu tous les privilèges dans ce pays se déclarent défaillants. En plus de leur incapacité à réunir les fonds électoraux, les partis de l’opposition font preuve de mauvaise foi évidente quant à leur volonté de respecter les procédures administratives en vigueur. La raison qui permet d’éclairer cette chapelle est que depuis plus de trois semaines, aucun des partis de l’opposition n’a poursuivi les démarches au niveau du ministère de l’intérieur pour obtenir le récépissé provisoire. A ce niveau, il est utile de souligner que chacun des partis politiques de l’opposition a été invité par le Ministère de l’intérieur à corriger certaines insuffisances contenues dans leurs dossiers. La plupart d’entre eux se sont abstenus de le faire à l’époque arguant qu’on les a empêchés de prendre part aux élections. Le processus de correction qui devrait normalement se poursuivre s’est arrêté de leur fait, car aucun d’eux n’a pu poursuivre les démarches pour se mettre en règle et obtenir le document en question. Pourtant, ce sont les mêmes qui crient sur tous les toits que le Gouvernement les a empêchés d’obtenir le récépissé provisoire alors qu’ils se sont abstenus de compléter leurs dossiers depuis plusieurs semaines. A ce niveau, on se demande ce que veulent réellement les partis de l’opposition.

 

Pure diversion

 

Réceptif à leurs doléances, le Chef de l’Etat les a conviés à une rencontre qu’ils ont boudée. A cette occasion, il a exprimé son intention de contribuer à une élection inclusive. Sans tarder, le président de l’Assemblée nationale a pris en charge le dossier et a convoqué ses pairs pour l’étude et l’examen des propositions. Malgré cette bonne volonté affichée, les partis de l’opposition ont organisé une marche pour, disent-ils, réclamer des élections inclusives. Au moment où ils marchaient à Cotonou, leur émissaire est allé déposer les propositions de l’opposition pour les élections inclusives. On se demande vraiment l’opportunité de cette marche si ce n’est de la distraction. Comme si tout cela ne suffisait pas, ces hommes politiques se lèvent pour réclamer la mise à l’écart du président de l’Assemblée nationale à quelques heures du démarrage des travaux décisifs. Ces actes de l’opposition dérangent vraiment la cohésion et la paix sociale. On se demande finalement si ces acteurs de l’opposition veulent vraiment de l’organisation des élections. A chaque fois qu’on s’efforce de trouver une issue, ils inventent d’autres arguties. Le comportement cache une mauvaise foi et un jeu politique malsain. Ces acteurs de l’opposition manquent véritablement de sagesse. Le peuple est finalement appelé à trancher.

 

Abdourhamane Touré

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here