Supposé licenciement d’agents:La Baic s’inscrit en faux

0
6153

La Banque africaine pour le commerce et l’industrie (Baic) rétablit la vérité dans le dossier « licenciement abusif de 14 agents ». Selon l’institution bancaire, les personnes dont il s’agit sont des intérimaires, recrutés par une agence et dont les contrats sont arrivés à expiration.

L’information relative au licenciement de 14 agents de la Banque africaine pour le commerce et l’industrie (Baic) pour réduction des charges n’est que pure affabulation. L’institution bancaire commerciale et industrielle n’a jamais licencié des agents comme le font croire des personnes mal intentionnées. L’information diffusée à des fins inavouées est une contre-vérité. De quoi s’agit-il ? En effet, les personnes concernées ne sont pas des agents de la Banque. Ce sont des intérimaires, recrutés par une agence et qui sont mis à la disposition de la Baic. L’autre vérité est que la Direction de la Baic ne s’est pas levée du jour au lendemain pour les mettre à la porte. Leur contrat était arrivé à expiration. Et en pareille circonstance, quand une structure est en difficulté, l’une des mesures de restructuration qui s’impose afin de sauver les emplois, c’est de voir s’il n’y a pas du personnel en surnombre. C’est le cas des personnes qui ont été mises à la porte. Mais ce que les auteurs de ces écrits calomnieux ne savent pas, le vrai plan du Directeur général par intérim de la Baic n’est pas de mettre ces intérimaires à la porte définitivement. Leur situation est en étude.

<script async src= »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »></script>
<ins class= »adsbygoogle »
style= »display:block; text-align:center; »
data-ad-layout= »in-article »
data-ad-format= »fluid »
data-ad-client= »ca-pub-4711733241009537″
data-ad-slot= »5661125067″></ins>
<script>
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
</script>

Et connaissant les qualités humaines du Dg/Pi de la Banque, une solution sera très vite trouvée pour que ces personnes puissent bénéficier d’un contrat en bonne et due forme. Pour y arriver, il fallait d’abord les licencier. Ce n’est qu’une étape dans la procédure de restructuration. Il en aura d’autres. Mais à la fin, chaque partie va trouver son compte. Il ne s’agit nullement d’une chasse aux Béninois, ni d’une promesse de redéploiement mue par autre considération comme les gens veulent le faire croire.

 

AT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here