Sur « Café politique » de E-Télé :Bernard Lani Davo salue les réformes du président Talon 

0
1464
L’ancien ministre Bernard Lani Davo était l’invité de l’émission « Café politique» de la Chaine de télévision E-télé hier jeudi 21 novembre 2019. Au cours des échanges, l’homme politique a salué les réformes du président Patrice Talon.
Après des années de vie, Bernard Lani Davo continue de croire que la pratique politique au pays est conçue autour des personnes au lieu d’être des instances d’idées et de militantisme. Il pense que l’argent a été et continue de constituer le critère de base de création et de fonctionnement des partis politiques. « Avant, pour créer un parti politique, on va chercher ceux qui ont les moyens. Ce sont ceux-là qui définissaient la politique générale du parti. Tous ceux qui ont des idées ne peuvent pas les extérioriser pace qu’ils n’ont pas le pouvoir », a-t-il laissé entendre. Bernard Lani Davo estime que les partis politiques ont toujours été animés selon les humeurs des personnes qui les ont fondés. « La politique au Bénin tend à s’intéresser aux personnes.
On s’accroche aux personnes, à un président de parti ou à un chef d’Etat. Au sein des partis politiques,  ceux qui ont les moyens pensent qu’ils peuvent utiliser les autres et les subordonner», a-t-il déclaré. L’homme politique pense que la difficulté se trouve déjà dès la création des partis. A ce niveau, souligne-t-il, le choix des membres fondateurs est fait au pifomètre sans un véritable critère de militantisme ou de participation citoyenne. Bernard Lani Davo approuve le choix du Bénin de procéder à la réforme du système partisan. Ce processus qui a conduit  au vote de la loi portant charte des partis politiques est selon l’invité, une avancée majeure. Il pense cependant que les difficultés au niveau des partis politiques ne peuvent pas être réglées par les textes. Lesdits blocages sont, selon ses dires, instaurés par des années de pratique politique et ne peuvent être changés que par un vrai réarmement moral. Il cite en exemple la question de l’intrusion de l’argent en politique qui remonte en 1995. Cette pratique politique  a la vie dure et doit, selon son intervention, être progressivement repoussée grâce à un militantisme affirmé au sein des partis politiques. L’invité insiste sur ce mot, car il pense que depuis des années, les partis politiques sont sans militants convaincus parce qu’ils n’ont pas été choisis sur la base de leur conviction. L’ancien ministre pense cependant que la réforme du système partisan est une avancée car elle permet de donner force à la loi. « Les gens ne sont pas préoccupés de voir ce qui est dans la loi. Il faut désormais qu’ils s’y intéressent, car la réforme actuelle l’impose », a-t-il laissé entendre.
Hospice Alladayè

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here