Talon voit loin, même s’il commande court

0
275

Le président Patrice Talon, semble-t-il, est incompris par une certaine frange de classe politique lorsqu’il a émis l’idée de réconciliation à Parakou lors de sa tournée nationale. C’est du moins ce que pense le Consultant politique et Expert électoral, Agapit Napoléon Maforikan. Sur la chaîne de télévision E-Télé, hier mercredi 18 novembre 2020, il a reprécisé la pensée du chef de l’Etat. Lire des extraits de son analyse et son point de vue sur la contreperformance des Ecureuils face au Lesotho.

« Quand le chef de l’Etat a évoqué l’idée de réconciliation dans la partie septentrionale du pays, beaucoup n’ont pas compris la portée de ses mots. Ils n’ont pas encore compris qu’il voit loin, même s’il commande court. En effet, la demande de réconciliation n’est pas un besoin personnel, mais une nécessité pour le développement, parce qu’il y a eu des événements douloureux pendant et après les Législatives de 2019. A Parakou par exemple, des gens ont été meurtris dans leurs âmes, parce que de vils individus sont entrés chez eux et ont tout brûlé. Certains ont été blessés. D’autres ont été empêchés de circuler librement le dimanche 28 avril 2019. Des gens ont été arrêtés. Il y en a qui ont laissé la vie. C’est cet ensemble de situations qu’il faut analyser. Non pas dans un seul sens…Le peuple a pardonné à travers une loi d’amnistie. Le président Patrice Talon a pardonné, ayant aussi été sans doute meurtri. Il appartient maintenant à chacun d’oublier et d’aller de l’avant. C’est dans cette dynamique que s’inscrit la demande de réconciliation annoncée aux sages et notables de la ville de Parakou. Mais, de là à penser que Patrice Talon a besoin de son prédécesseur Boni Yayi, je crois que les gens sont en train de rater une occasion de paix. Ils sont en train de manquer l’opportunité de rallier le pacte social. Parmi eux, il y en a même qui disent que le président de la République doit se réconcilier avec le peuple. A ceux-là, il faut opposer une immense question : qu’a-t-il fait de répréhensible pour demander pardon à quelqu’un ? Quand on regarde la ferveur qu’il y a eu lors de sa tournée nationale et la satisfaction affichée par les populations, on se rend compte qu’il n’a aucun problème avec le peuple. Il est en harmonie avec lui. Il n’y a qu’à voir aussi comment la dame de Boukombé, qui a pris la parole pendant longtemps, parlait avec son cœur. C’est dire qu’à l’intérieur du pays, il y en a qui discernent mieux que les intellectuels de Cotonou (…) »

 Rester tranquille et maintenir la dynamique

 « Le président de la République peut être tranquille. Son peuple est avec lui et ses actions sont comprises. Il ne reste qu’à maintenir la dynamique et la rendre encore meilleure. Et donc, la dynamique doit continuer. Cela ne veut pas dire que tout est rose. Il y a plein de choses à corriger, sans coup férir. Et lui-même est tellement conscient que ses réformes ne peuvent pas toujours faire plaisir à tout le monde. Mais, si la dynamique se poursuit, il est évident que les socs vont se renforcer, l’édifice va se consolider, les changements seront perceptibles et vont produire les effets. Ces effets, ce sont les indices au niveau international. Aujourd’hui, on constate que ceux qui avaient dit qu’il est un dictateur reviennent pour reconnaître que le Bénin est l’un des pays les mieux gouvernés démocratiquement. Cela veut dire qu’il n’y a que l’effort qui compte. Et le Numéro 1 Béninois appelle le peuple à l’effort. Dans cet effort, il faut mettre le pardon et la réconciliation qui n’ont rien à voir intrinsèquement avec la personne de Patrice Talon. Cela a à voir avec le peuple autour des valeurs de travail, d’humilité et de développement ».

 Rien n’est encore perdu pour les Ecureuils

 « N’ayant pas réussi à battre le Lesotho lors de la 4e journée des éliminatoires de la Can Cameroun 2021, le Bénin doit encore attendre pour sa qualification. C’est normal que le ministre des sports exprime ses regrets. Mais, en matière de football, il y a une évidence. Il ne faut pas prendre son adversaire comme un figurant. Le ballon tourne pour tout le monde. Aujourd’hui, toutes les équipes sont capables de toutes les performances possibles. La preuve, la Sierra Leone est allée tenir en échec le Nigeria. C’est quand même extraordinaire. En temps normal, on dira que ce match est d’avance plié. Je pense qu’il faut saluer la performance des Ecureuils. A Porto-Novo, ils auraient pu faire plus que 1 – 0. Ils auraient aussi pu encaisser un but. Au Lesotho, ils auraient pu marquer comme aussi encaisser. On se souvient aussi du match contre la Gambie où le Bénin qui menait au score s’est fait rattraper et a été battu. Rien n’est encore perdu. Ils ont encore deux beaux matches face au Nigéria et à la Sierra Leone. Ce n’est qu’au bout de l’effort qu’on sera fier de ce qu’on a fait. Il n’y a pas de calcul à faire. il faut battre les deux nations. On doit espérer, parce qu’on a quand même battu l’Algérie et le Maroc ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here