Ticad 7:Le Japon promet 20 milliards de dollars à l’Afrique

0
1624

La 7ème conférence internationale sur le développement de l’Afrique, Ticad, a été ouverte hier mercredi 28 août 2019 par le premier ministre japonais à Pacifico Yokohama. Pour cette première journée, une bonne nouvelle a été annoncée aux Etats africains.

Plus de 20 milliards de dollars ! C’est la somme que le Japon entend mobiliser d’ici les prochaines années au profit du continent noir. Shinzo Abe, dans son adresse à ses pairs d’Afrique, a insisté sur la disponibilité de son pays à aider à l’accélération du développement du continent noir. Selon lui, cette bagatelle somme sera mobilisée grâce à un partenariat de choc qui pousse vers le haut les deux « I » que sont l’Investissement et l’Innovation.  « Je fais la promesse que le gouvernement japonais fera tous ses efforts pour que cet élan d’investissements privés de 20 milliards de dollars de ces 3 ans grandisse jour après jour », a-t-il informé. Pour ce faire, il entend, par exemple, en coopérant avec les institutions financières locales, mettre en place des mécanismes couverts à 100% par des assurances sur le commerce extérieur. « Jour après jour, nous n’épargnerons aucun effort. Nous prendrons toutes les mesures possibles pour soutenir le déploiement des entreprises japonaises en Afrique », a-t-il promis. Par ailleurs, le Premier ministre du Japon a mis l’accent sur la science et l’innovation qui sont, à ses dires, les moyens pour vaincre les problèmes de l’Afrique. C’est pourquoi il s’est engagé à soutenir les entreprises nippones qui vont gager sur le continent noir. Dans le secteur de la santé aussi, il souhaite que le nouveau partenariat puisse permettre à l’Afrique d’être dotée non seulement d’infrastructures de santé telles que les réseaux d’adduction d’eau et réseaux d’eaux usées, mais aussi puisse être conseillée en matière de nutrition permettant de prévenir les troubles du développement, ou encore soins de haut niveau utilisant des équipements médicaux. « Ce dont l’Afrique a besoin, ce sont à la fois des soins médicaux et un écosystème de santé. C’est-à-dire d’un mécanisme à l’image du Mont Fuji, avec une base large et un sommet élevé. A cette occasion, mon gouvernement s’apprête à lancer le Plan de santé pour l’Afrique, dans la perspective du « Tokyo Nutrition Summio » qui aura lieu l’année prochaine.

 

Les félicitations de Antonio Guterres

 

Intervenant à son tour, le Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Antonio Guterres, a félicité le Japon pour avoir pris à cœur les problèmes qui minent le développement du continent noir. Des problèmes qui, a-t-il dit, touchent la Communauté internationale. Au nombre d’eux, il a souligné la question du réchauffement climatique qui hypothèque dangereusement le futur durable des pays africains qui en subissent les effets. De fait, il a félicité le premier ministre japonais pour sa promesse de mobiliser 20 milliards de dollars en trois ans à travers des projets importants pour faire face à ces défis. « L’Afrique demande plus de projets pour faire taire les armes. Je suis content que le Japon vienne faire face à ces défis avec des projets importants », a-t-il informé. Il n’a pas manqué de réaffirmer l’engagement de l’Onu de travailler avec l’Union africaine pur l’atteinte des Objectifs du développement durable. « Je me réjouis de participer à des discussions fructueuses ici à Yokohama », a-t-il lancé.

 

Joël Samson Bossou (Depuis Yokohama)

 

 

Fiche liminaire sur la conférence

 

  1. Evolution de la Ticad de 1993-2019

 

  1. La conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique (Ticad) a été initiée par le Japon en 1993, à un moment où les pays développés tournaient leur attention vers les pays de l’ancien bloc soviétique et où, avec la « lassitude des donateurs », la communauté internationale montrait de signes de désintérêt vis-à-vis de l’Afrique et de son développement. En coopération avec les Nations Unies et l’ONG « Coalition mondiale pour l’Afrique », la première Ticad a attiré à Tokyo, des participants issus de 48 pays africains, dont 5 Chefs d’État et de Gouvernement. La Déclaration de Tokyo sur le développement de l’Afrique, adoptée lors de la Ticad 1, a de nouveau placé l’Afrique et son développement au centre de l’Agenda international.

 

  1. Même si depuis 1993, la Ticad n’a cessé de connaître des changements, la Ticad 5, organisée à Yokohama en 2013, a marqué un tournant historique dans l’évolution du processus à travers : (i) l’accueil pour la première fois de l’Union Africaine en qualité de co-organisatrice de la conférence ; (ii) le passage de la durée entre deux conférences de cinq à trois ans et (iii) la décision d’alterner l’organisation de la conférence entre le Japon et l’Afrique.

 

  1. C’est dans le cadre de la mise en œuvre de ces mesures que la Ticad 6 s’est tenue pour la première fois en Afrique à Nairobi au Kenya, en août 2016. La Ticad 7 se tiendra de nouveau à Yokohama du 28 au 30 août 2019, précédée d’une réunion des Hauts Fonctionnaires le 26 août et d’une réunion ministérielle dans l’après-midi du 27 août. En 2022, la Ticad retournera en Afrique pour sa 8ème édition, avec le Bénin comme l’un des pays candidats à son organisation.

 

  1. Réalisations de la Ticad au Bénin

 

  1. La Ticad est devenue une grande conférence co-organisée par le Japon, la Commission de l’Union africaine (Cua), les Nations Unies, le Bureau du  Conseiller  spécial  pour  l’Afrique  des  Nations  Unies (Un-Osaa), le Programme des Nations Unies pour le développement (pnud) et la Banque Mondiale. Chaque édition rassemble désormais les pays africains, les pays partenaires, les Organisations régionales et Internationales, le Secteur privé et la Société civile.

 

  1. La Déclaration et le Plan d’actions adoptés à chaque édition n’ont aucun caractère contraignant et leur mise en œuvre s’effectue par les différents acteurs (dont le Japon) en fonction de leurs centres d’intérêt. En conséquence, il est difficile de faire la distinction dans chaque pays africain entre les réalisations effectuées dans le cadre de la coopération ordinaire de celles de la Ticad. Le Bénin n’échappe pas à cette réalité. D’aucuns expriment cette situation en déclarant que la Ticad est un forum multilatéral avec une mise en œuvre bilatérale.

 

  1. Toutefois, en termes de réalisations concrètes de la Ticad, on peut citer le Programme « African business education for youth » (Abe Initiative) lancé par le Premier Ministre du Japon, S.E.M. Shinzo Abe, lors de la Ticad 5 tenue à Yokohama au Japon, en juin 2015. Il s’agit d’une opportunité pour les jeunes Africains d’étudier un programme de Master dans une université japonaise en tant qu’étudiant international et de faire un stage en entreprise au Japon. Depuis sa mise en œuvre en 2014, environ 1200 jeunes africains de 54 pays, ont été accueillis au Japon dont seulement sept (07) bénéficiaires du Bénin.

 

Objectifs, résultats attendus et programme thematique

 

  1. Objectifs

 

  1. La Ticad 7 intervient dans un contexte marqué par la prise de conscience générale de la nécessité de passer de l’aide au développement à l’appui à l’investissement du secteur privé pour accélérer le développement de l’Afrique. D’où le choix du thème principal de cette Ticad : « Faire progresser le développement de l’Afrique en recourant aux peuples, à la technologie et à l’innovation ».

 

  1. Ce thème sera examiné à travers les trois piliers suivants :

 

– Pilier 1 : Accélérer la transformation économique et améliorer le climat des affaires grâce à l’innovation et à la participation du secteur privé ;

– Pilier 2 : Promotion d’une société durable et résiliente ;

– Pilier 3 : Renforcer la paix et la stabilité.

 

  1. Résultats attendus

 

  1. Comme les précédentes éditions, les travaux de la Ticad 7 seront sanctionnés par l’adoption de la Déclaration et du Plan d’Actions de Yokohama, censés traduire l’engagement du Japon et des autres acteurs bilatéraux, multilatéraux pour le développement de l’Afrique. Cependant, le caractère non contraignant de ces deux (02) documents constituent une limite à leur portée.

 

III. Programme thématique

 

  1. La Ticad 7 se déroulera à Yokohama du 28 au 30 août 2019. Elle sera précédée par : (i) la réunion des Hauts fonctionnaires le 26 août 2019 et celle ministérielle dans l’après-midi du 27 août 2019. Les travaux de la Ticad 7 se dérouleront en six (06) sessions plénières et en séances thématiques conformément au programme provisoire du Secrétariat de la Ticad 7. Les Sessions plénières sont :

 

– Séance d’ouverture ou Session plénière 1 : Discours d’ordre général et le futur de la Ticad ;

– Session plénière 2 : Accélération de la transformation économique et amélioration du climat des affaires grâce à l’innovation et à la participation du secteur privé ;

– Session plénière 3 : Dialogue commercial public-privé ;

– Session plénière 4 : Approfondissement d’une société durable et résiliente ;

– Session plénière 5 : Renforcement de la paix et de la stabilité ;

– Session plénière 6 : Rapports sur les séances thématiques et clôture de la conférence.

 

  1. Les Sessions thématiques porteront sur les thèmes suivants :

 

  1. STI/Innovation ;
  2. Agriculture ;
  3. Changement climatique et réduction des risques et catastrophe ;
  4. Développement des ressources humaines et éducation ;
  5. Economie bleue.

 

  1. En sus des travaux de la conférence, plusieurs évènements parallèles seront également organisés durant la période du 27 au 30 août 2019.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here